En ce moment : SACRIFICE - THE WEEKND Ecouter la radio

Rouen. Apologie du terrorisme : un trentenaire jugé à Rouen

Sur fond d'apologie du terrorisme, un prévenu a été jugé mardi 17 octobre 2017 devant le Tribunal de Rouen (Seine-Maritime). Il est accusé de séquestration et menaces de mort.

Rouen. Apologie du terrorisme : un trentenaire jugé à Rouen
Le palais de justice de Rouen (Seine-Maritime) où a été jugé le prévenu - Patrick Joliff

Le 5 septembre 2016, deux jeunes femmes montent à bord de la voiture d'Elimane Diallo, 33 ans, pour un trajet Paris-Rouen (Seine-Maritime). Rapidement, elles s'inquiètent du comportement du conducteur et, lors d'une pause dans un bar, elles demandent au gérant de prévenir la police. Dans la conversation, le jeune homme tente de les convaincre de visionner des vidéos mettant en scène des exécutions par balle et des décapitations, publiées sur un site Internet d'origine djihadiste.

Récemment converti à l'Islam radical, il est fasciné par les atrocités perpétrées par les organisations extrémistes. Effrayées, les jeunes femmes veulent rentrer chez elles. Il se propose de les raccompagner mais s'énerve sur la route et profère à leur encontre des menaces de mort.

Menaces à la ceinture explosive

Une des deux victimes parvient à prévenir sa mère, qui appelle à nouveau la police. La voiture est alors interceptée à un péage d'autoroute. Les jeunes femmes expliquent qu'elles n'ont pas fui car elles craignaient que le prévenu, jugé mardi 17 octobre 2017 à Rouen, ne soit armé, après s'être entendu dire : "Je vais vous mettre une ceinture explosive".

L'homme prétend par ailleurs connaître un des auteurs de l'attentat de Charlie Hebdo mais indique dans le même temps avoir été victime d'une attaque virale sur son ordinateur, lui imposant le visionnage de la propagande islamiste. Il déclare à la barre : "Je ne ferais pas de mal à une mouche".

Les enquêteurs retrouveront sans difficulté des fichiers compromettants sur son ordinateur. Pour les parties civiles : " Tout concourt à accuser le prévenu", et le Procureur renchérit : " Il y a suffisamment d'éléments pour établir la responsabilité du prévenu". Sa défense rétorque qu'"il n'y a pas d'incitation à commettre l'irréparable".

Le Tribunal le relaxe pour faits de terrorisme mais le condamne à dix-huit mois de prison pour les autres chefs d'accusation.   

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Rouen. Apologie du terrorisme : un trentenaire jugé à Rouen