En ce moment : COURAGE TO CHANGE - SIA Ecouter la radio

Condé-sur-Sarthe. Agents ébouillantés à la prison de Condé sur Sarthe : le détenu jugé à Alençon

Mahinui Hiro, un détenu du centre pénitentiaire de Condé sur Sarthe, près d'Alençon (Orne), a été condamné lundi 16 octobre 2017 à trente mois de prison supplémentaires. Il avait lancé de l'eau bouillante sur trois personnels pénitentiaires.

Condé-sur-Sarthe. Agents ébouillantés à la prison de Condé sur Sarthe : le détenu jugé à Alençon
30 mois de prison pour le détenu qui avait lancé de l'eau bouillante sur trois surveillants du centre pénitentiaire de Condé sur Sarthe, près d'Alençon (Orne). - Eric Mas

Le 2 octobre 2017, au centre pénitentiaire de Condé sur Sarthe, près d'Alençon (Orne) Mahinui Hiro avait arrosé deux surveillants et un officier, avec l'eau bouillante de sa cafetière.

Il voulait changer de prison

Incarcéré en juin 2006 pour 25 ans de réclusion criminelle, le détenu avait été placé en régime carcéral contraint mais n'acceptait pas cette situation. Il voulait changer de prison pour aller suivre une formation. " J'ai craqué ", a-t-il admis devant le tribunal, lors de son jugement sous la surveillance des forces spéciales pénitentiaires (Eris), lundi 16 octobre 2017.

L'agression dure quatre secondes

Sur une vidéo diffusée durant le procès, tout va très vite, quelques secondes : l'officier ouvre la porte de la cellule, constate que le détenu est près de la porte, lui demande de reculer. C'est alors que le détenu asperge le groupe de surveillants avec l'eau bouillante de sa cafetière.

Didier Vauloup, l'officier victime de cette agression :

Didier Vauloup

Le surveillant Teddy Wujda Rodriguez a, lui, été brûlé au second degré. Dans un ultime réflexe, il avait mis son bras devant sa figure :

Teddy Wujda Rodriguez

Quinze jours après l'agression, le surveillant porte toujours un immense pansement, sur tout son bras. Il restera marqué à vie. Le tribunal a condamné le détenu à verser plus de 3 500 euros de dédommagement aux victimes de son agression.

Des détenus imprévisibles

Pour Emmanuel Guimarès, du syndicat FO pénitentiaire, le comportement des détenus est imprévisible :

Emmanuel Guimarès

Lors de ses réquisitions, le Procureur de la République a évoqué des " faits dramatiques ", de la " gravité ", de la " lâcheté de la part du détenu ", une " préméditation constituée ", et souligné le grand professionnalisme des surveillants. Il a aussi demandé la confiscation de la bouilloire du détenu.

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Condé-sur-Sarthe. Agents ébouillantés à la prison de Condé sur Sarthe : le détenu jugé à Alençon