En ce moment : Is It Over Now (Taylor's Version) (From The Vault) - Taylor SWIFT Ecouter la radio

En ce moment
abonnement

Après leur rocambolesque retour de Syrie, trois jihadistes présumés au tribunal

Ils avaient quitté la Syrie via la Turquie, qui les avait expulsés vers la France... où aucun policier ne les attendait en raison d'un gros "cafouillage" franco-turc. Trois jihadistes présumés, dont le retour rocambolesque avait suscité une vive polémique, sont jugés à partir de lundi à Paris.

Après leur rocambolesque retour de Syrie, trois jihadistes présumés au tribunal
Gaël Maurize, Imad Djebali et Abdelouahed El-Baghdadi - l'époux de la soeur de Mohamed Merah - comparaîtront devant le tribunal correctionnel à Paris pour association de malfaiteurs terroriste - PHILIPPE HUGUEN [AFP/Archives]

Gaël Maurize, Imad Djebali et Abdelouahed El-Baghdadi - l'époux de la soeur de Mohamed Merah - comparaîtront devant le tribunal correctionnel pour association de malfaiteurs terroriste au côté de trois autres hommes.

Il est reproché aux six prévenus d'avoir rejoint la Syrie début 2014 pour y mener le jihad, pour certains en famille, en même temps qu'une dizaine d'autres hommes issus, comme eux, des mouvances radicales de Toulouse ou Albi.

Cinq d'entre eux reconnaissent être allés en Syrie, mais nient avoir combattu dans les rangs de l'organisation Etat islamique.

A l'été 2014, Maurize, Djebali et El-Baghdadi souhaitent quitter la Syrie et rentrer en France. "Ils se sont aperçus là-bas que ce n'était pas ce qu'ils pensaient", indique à l'époque l'un de leurs avocats.

Ils tentent de quitter le pays sans en avertir l'Etat islamique, par l'intermédiaire d'un passeur. Selon leur récit, la police de l'organisation les rattrape et les enferme deux semaines dans une prison "secrète", d'où ils finissent par s'échapper à la faveur d'un interrogatoire.

Les forces de l'ordre turques les interpellent alors qu'ils tentent de passer la frontière, le 25 août 2014, et avisent les autorités françaises.

La Turquie prévoit d'expulser les trois hommes quelques semaines plus tard, le 23 septembre, via un vol Istanbul-Orly signalé à Paris. Mais rien ne se passe comme prévu.

A l'arrivée de l'avion sur le tarmac d'Orly, les policiers ne trouvent personne : le commandant de bord a débarqué les trois hommes de son avion avant le décollage, faute de documents administratifs en règle présentés par la Turquie.

Les Turcs finissent par informer Paris d'un changement de vol : les "revenants" ont été mis dans un avion pour Marseille.

Trop tard : ils ont atterri sans encombres - à Marseille, une panne informatique empêche leur détection - et se sont volatilisés.

Comble de l'imbroglio, le ministère de l'Intérieur annonce leur interpellation à Orly, avant de reconnaître les avoir manqués.

'Gros cafouillage'

Surpris de ne pas être interpellés, Gaël Maurize, Imad Djebali et Abdelouahed El-Baghdadi se rendent dès le lendemain à la gendarmerie du Caylar, aux portes du Larzac.

La petite brigade n'a pas prévu ce genre de situation : les suspects activement recherchés sonnent à l'interphone... et doivent patienter cinq minutes à la porte avant d'être pris en charge.

L'affaire avait créé de vifs remous, le président François Hollande soulignant "à l'évidence des manquements". Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, avait de son côté évoqué "un gros cafouillage (...) en grande partie dû aux difficultés, à l'absence de très bonne collaboration avec les services turcs".

La droite et l'extrême droite avaient dénoncé un "couac impardonnable".

Gaël Maurize, Imad Djebali et Abdelouahed El-Baghdadi sont actuellement en détention provisoire. Les trois autres prévenus ont été interpellés plus classiquement après leur retour. L'un est en détention provisoire, les deux autres sous contrôle judiciaire.

Ils ont toujours contesté fermement tout projet d'attentat en France.

Parmi les toulousains partis en 2014 figuraient des jihadistes français devenus très influents en Syrie, où ils se trouveraient toujours, comme Jean-Michel Clain ou Sabri Essid, un proche de Mohamed Merah.

Plusieurs de ces toulousains ont déjà été condamnés en 2009 pour leur participation à la filière jihadiste dite d'Artigat vers l'Irak, notamment le prévenu Imad Djebali.

Le procès est prévu jusqu'à vendredi.

Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Petites Annonces
Immobilier
Studio T1 pour cure
Studio T1 pour cure Bagnoles de l'Orne Normandie (61140) 200€ Découvrir
Garage / Box / Garde-meuble
Garage / Box / Garde-meuble Miramont-de-Guyenne (47800) 60€ Découvrir
Villa urbaine au centre de Ste.Maxime au golfe de St.Tropez
Villa urbaine au centre de Ste.Maxime au golfe de St.Tropez Sainte-Maxime (83120) 690 000€ Découvrir
LOCATION MAISON MT ST AIGNAN
LOCATION MAISON MT ST AIGNAN Mont-Saint-Aignan (76130) 1 390€ Découvrir
Automobile
Urgent, vends Peugeot 407
Urgent, vends Peugeot 407 Saint-Aubin-du-Cormier (35140) 1 300€ Découvrir
PEUGEOT 207 DIESEL1.6 BOITE MANUELLE
PEUGEOT 207 DIESEL1.6 BOITE MANUELLE Versailles (78000) 250€ Découvrir
C3 Pure Tech 82 Confort
C3 Pure Tech 82 Confort Caen (14000) 10 000€ Découvrir
Renault Grand Espace
Renault Grand Espace Coudeville-sur-Mer (50290) 10 500€ Découvrir
Bonnes affaires
réfrigérateur congélateur
réfrigérateur congélateur Rouen (76000) 180€ Découvrir
2 canapés blanc et noir
2 canapés blanc et noir Caen (14000) 0€ Découvrir
Pichet anglais
Pichet anglais Strasbourg (67000) 120€ Découvrir
Table salon en marbre
Table salon en marbre Argences (14370) 250€ Découvrir
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Après leur rocambolesque retour de Syrie, trois jihadistes présumés au tribunal