Irma au niveau maximum, menace les Antilles et la Floride

Irma au niveau maximum, menace les Antilles et la Floride

L'ouragan Irma vu de l'espace sur une image fournie par l'agence américaine d'observation océanique et atmosphérique le 5 septembre 2017 © Jose ROMERO, Jose ROMERO [NOAA/RAMMB/AFP]

Le

L'ouragan Irma est passé mardi au niveau maximum, menaçant les Antilles françaises, Haïti et la Floride, placée en situation d'urgence.

Irma est devenu "un ouragan extrêmement dangereux" de catégorie 5, la plus élevée dans la classification de ces phénomènes, a annoncé le Centre américain des ouragans (NHC).

Les préparatifs en vue de l'arrivée de l'ouragan "doivent être accélérés et achevés dans la zone d'alerte", insiste le NHC.

A la mi-journée, l'oeil du cyclone se trouvait à 500/600 kilomètres à l'est de l'arc antillais (plus ou moins en face de la Guadeloupe) et prenait une direction ouest/nord-ouest, a précisé Météo France.

Il s'agit du "premier cyclone de catégorie 5" à frapper le nord des Antilles, à commencer par les îles françaises de Saint-Martin et Saint-Barthélémy, selon l'organisme, qui avertit que l'ouragan est "encore dans une phase d'intensification".

L'oeil devrait éviter la Guadeloupe mais prendre le chemin des îles Vierges britanniques, puis, mercredi soir, atteindre Porto Rico, avant de poursuivre vers le nord de la République dominicaine et les Bahamas, avertit Météo France, qui évoque des "rafales dépassant 260 voire 300 km/h".

Les vents violents seront accompagnés d'orages et d'une forte houle, avec notamment le risque de "vagues-submersion" pour les côtes. A Saint-Martin et Saint-Barthélémy, 100 à 300 millimètres d'eau sont prévus sur l'épisode. Les vagues pourront atteindre une dizaine de mètres de hauteur sur les îles Vierges, ajoute l'organisme français.

La trajectoire est encore incertaine, mais plusieurs projections placent sur son passage Haïti, la République dominicaine et Cuba. L'ouragan pourrait atteindre vers la fin de la semaine la Floride, puis, éventuellement, d'autres parties de la côte Est des Etats-Unis, pays qui se remet à peine du passage dévastateur de Harvey.

Cet ouragan était moins puissant qu'Irma puisqu'il était de catégorie 4, mais il a fait au moins 42 morts et d'énormes dégâts matériels, principalement au Texas, susceptibles de dépasser les 100 milliards de dollars.

Plus puissant qu'Harvey

Harvey était "moins fort en intensité brute" mais il a provoqué "des cumuls de pluie phénoménaux, sur cinq à sept jours, qui ne se produiront pas ici puisqu'Irma va circuler", explique Emmanuel Demaël, prévisionniste à Météo France.

Le gouverneur de Floride, Rick Scott, a déclaré que son Etat était en situation d'"urgence".

A Porto Rico, un territoire américain de 3,5 millions d'habitants où l'ouragan risque de parvenir mercredi matin, le gouverneur Ricardo Rossello a mobilisé la garde nationale et annoncé l'ouverture d'abris capables d'héberger jusqu'à 62.000 personnes.

L'ouragan est "extrêmement dangereux", insiste Météo-France, "à l'image des ouragans Luis (1995, Saint-Martin) ou Hugo (1989, Guadeloupe, 15 morts)" qui avaient fait d'importants dégâts et des milliers de sinistrés.

Lundi, les autorités de Saint-Martin et Saint-Barthélémy, au nord de la Guadeloupe, ont appelé les habitants à "prendre tout de suite toutes les mesures pour aller ailleurs". Pour 11.000 personnes des deux îles, "nous sommes dans la situation du plus haut risque", a estimé Anne Laubies, la représentante de l'Etat français à Saint-Martin et Saint-Barthélémy.

Un passage en alerte rouge cyclonique, synonyme de confinement de la population, a été annoncé pour mardi vers midi.

"Nous sommes face à une problématique majeure qu'on n'a pas connue depuis plus de vingt ans", a souligné Mme Laubies.

Dans ces deux îles, la traditionnelle rentrée scolaire n'a pas eu lieu lundi, et les écoles resteront fermées jusqu'à nouvel ordre. En Guadeloupe, à peine rouverts lundi, les établissements scolaires ont fermé pour deux jours.

Là aussi, les "habitations situées sur les côtes basses ou en bord de falaise" sont évacuées, et les personnes relogées, notamment dans des gymnases et des abris mis à disposition par les communes.

"Le gouvernement est mobilisé", a de son côté assuré mardi matin la ministre française des Outre-mer, Annick Girardin.

Les hôpitaux doivent avoir "72 heures d'avance en médicaments, nourriture et eau potable" et des équipes médicales de secours ont été acheminées vers Saint-Martin.

caz-val-lcz-asa-cre-jpl/lv/bds/pre

Galerie photos


1234
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques