Le désarroi des déplacés du parc olympique de Rio

Le désarroi des déplacés du parc olympique de Rio

Dalva Chrispino, plus vieille résidente de la Villa Autodromo (favela de Rio de Janeiro) et délogée à l'occasion de la construction du parc olympique, devant son nouveau logement, le 21 juillet 2017 à Rio © Mauro PIMENTEL [AFP]

Le

"Je veux mon argent": cette pancarte accrochée sur un logement social symbolise le désarroi des habitants d'une favela de Rio de Janeiro, délogés à l'occasion de la construction du parc olympique.

Un an après les Jeux, ils se sentent floués par les autorités, vivant dans des logements souvent insalubres, sans titre de propriété.

Ils habitaient favela Vila Autodromo, qui a commencé à se former dans les années 60 sur les bords d'une lagune, à Barra da Tijuca, quartier aujourd'hui en pleine expansion à l'ouest de Rio.

Environ 3.000 personnes ont dû quitter les lieux. Mais une vingtaine d'habitants ont fait de la résistance, logeant dans des conteneurs et attirant l'attention des médias du monde entier pendant les jeux.

Iran Oliveira, chauffeur de taxi de 41 ans, regrette amèrement d'être parti.

Habitant de Vila Autodromo depuis l'âge de 18 ans, il a été relogé à Parque Carioca, un ensemble de blocs de béton situé à un kilomètre de là.

Son nouvel appartement est dans un état déplorable: les murs de la cuisine sont fissurés, d'autres parois sont abîmées par l'humidité et presque tout le carrelage de la salle de bain est décollé.

Versements en retard

"Nous n'avons pas vraiment eu le choix parce que la mairie nous a mis beaucoup de pression, menaçant même de détruire notre maison sans aucune compensation si nous ne partions pas", déplore ce père de quatre enfants.

C'est pourquoi il a accepté en 2014 de laisser leur maison construite en face de la lagune pour habiter un appartement avec trois chambres au Parque Carioca.

Sans aucune véritable compensation financière, alors que les derniers réfractaires qui ont refusé cette offre ont fini par obtenir des indemnisations.

La mairie lui avait promis qu'il pourrait vendre cet appartement à tout moment s'il le souhaitait, comme le montre une vidéo filmée par des voisins.

Mais aujourd'hui, il a l'impression d'avoir reçu un cadeau empoisonné.

Au lieu d'obtenir un titre de propriété, il a dû signer un contrat de financement de l'achat de l'appartement par le biais d'un programme social du gouvernement.

La municipalité s'est engagée à payer le montant de 90.000 réais (environ 28.500 euros) sur dix ans, mais tant que l'intégralité de la somme n'est pas versée à la banque publique Caixa Economica Federal (CEF), le bien ne peut pas être vendu.

Autre souci de taille: les versements de la mairie ont pris du retard en raison de la grave crise financière qui touche Rio.

Selon Rosangela Carmargo, avocate de 252 habitants de Parque Carioca, deux d'entre eux ont déjà reçu des ordres d'expulsion, même si la CEF nie l'existence d'une "liste noire".

"La libération des crédits peut prendre plusieurs mois en raison de la situation instable des finances municipales, mais il est impossible que ces appartements soient mis aux enchères", a expliqué à l'AFP les services du logement de la mairie.

"On s'est fait arnaquer"

Pas de quoi tranquilliser Iran: "nous avons été floués, la mairie nous a abandonnés".

À l'entrée du bloc 3 de Parque Carioca, un groupe de déplacés partage le même désarroi, sans nouvelles de l'école et du dispensaire que les autorités avaient promis de construire à proximité.

"On s'est fait arnaquer", dénonce Zé Riveiro, ex-propriétaire de bar de 68 ans.

Carlos André, agent de sécurité de 38 ans, se plaint de devoir vivre dans des conditions insalubres, à quelques centaines de mètres des luxueux appartements du Village Olympique, qui restent désespérément vides.

Un an après avoir reçu les sportifs pendant les jeux, seuls 10% de ces logements ont trouvé preneur, selon la presse brésilienne, et la remise des clés ne devrait pas avoir lieu avant décembre.

La zone auparavant occupée par la favela Vila Autodromo se trouve elle aussi à l'abandon: une parcelle sert juste de parking à un hôtel de luxe.

Une vingtaine de conteneurs continue de témoigner de la résistance des familles qui ont pu rester, même si elles ne possèdent toujours pas de titres de propriété.

Leader du mouvement, Maria da Penha ne décolère pas: "Ils ont démoli notre communauté sans aucune nécessité, parce que les pauvres ne peuvent pas participer aux jeux Olympiques".

Galerie photos


1234
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques