En ce moment : Si No Estás - Inigo QUINTERO Ecouter la radio

En ce moment
abonnement

Des centaines de migrants en quête d'une "vie meilleure" affluent à Paris

"C'est ça, ma maison": d'un geste, Ibrahim, Soudanais de 23 ans, désigne l'une des tentes où vivent de nouveau plus de 800 migrants ayant afflué près d'un centre humanitaire dans le nord de Paris, trois semaines après une vaste évacuation.

Des centaines de migrants en quête d'une "vie meilleure" affluent à Paris
Des migrants campent près d'un centre humanitaire dans le nord de Paris, Porte de la Chapelle, le 27 juillet 2017 - CHRISTOPHE ARCHAMBAULT [AFP]

Le président français Emmanuel Macron a dit jeudi ne vouloir "plus personne dans les rues, dans les bois" d'ici la fin de l'année, lors d'un discours sur l'accueil des migrants.

"La première bataille: loger tout le monde dignement. Je veux partout des hébergements d'urgence", a-t-il plaidé.

Au même moment porte de la Chapelle, dans le nord de la capitale française, la file d'attente s'allonge sous une pluie fine avant une distribution de petits-déjeuners par des bénévoles.

De l'autre côté de la route, même file d'attente, cette fois, pour tenter de gagner son ticket vers l'un des 400 lits du centre de premier accueil.

"Je suis là depuis hier soir", dit Abdel, 22 ans, originaire du Soudan. "Premier arrivé, premier servi", espère le jeune homme, en France depuis un mois. Autour de lui, des grappes d'hommes, presque tous venus d'Afrique (Soudan, Guinée...) ou d'Afghanistan.

Censé éviter d'incessantes reconstitutions de campements indignes dans la capitale, le centre ouvert en novembre a rapidement fait affluer des centaines de migrants à ses abords et plusieurs évacuations se sont déjà produites.

Le 7 juillet, près de 2.800 personnes avaient dû en partir.

Selon France terre d'asile, l'association mandatée pour mener des maraudes, plus de 800 personnes vivent à nouveau dans la rue dans ses alentours. Et selon la mairie de Paris, "à ce rythme-là, on dépassera les 2.000 d'ici la mi-août".

"On se dirige vers une nouvelle évacuation", estime le directeur général de France terre d'asile, Pierre Henry.

"Plus on attend et plus c'est nécessaire. Et plus on évacue, plus l'incompréhension grandit dans l'opinion publique à qui l'on donne le sentiment d'une grande impuissance. On tourne en rond", regrette-t-il.

'Coup de pouce de Dieu'

Depuis son ouverture, le centre humanitaire a permis à plus de 12.000 personnes de ne pas dormir dans la rue. Mais avec l'accélération des arrivées, la création de places d'hébergement en aval peine à suivre.

La promesse de M. Macron à un accueil digne pour tous les migrants est "un engagement fort", souligne M. Henry, qui plaide pour la création d'un "système de premier accueil" avec la mise en place de centres de transit "dans les grandes capitales régionales".

Sous les immenses ponts routiers, non loin du centre, c'est presqu'un bidonville qui s'est reconstitué. Partout les ordures s'amoncellent: restes de nourriture abandonnés aux pigeons, bouteilles d'eau vides, chaussures trouées.

"Si je nettoie, ça ira", tente de se rassurer Idriss, Soudanais de 23 ans, qui repousse un tas de feuilles mortes devant sa tente. Sur le grillage, sa brosse à dents est soigneusement accrochée. "C'est tout ce que je peux faire comme toilette", dit-il.

Arrivé du sud-Soudan il y a deux jours, Gabriel, 26 ans, pieds nus gonflés et ongles cassés, raconte avoir laissé derrière lui une femme et deux enfants âgés d'un et trois ans et attendre "enfin un coup de pouce de Dieu".

"Ce qu'il nous faut, ce ne sont pas des vêtements ou des couvertures. On a besoin qu'on nous donne une vie meilleure, des papiers", lance, lui, Saïdou, Guinéen de 38 ans.

"Ces gens sont là parce qu'ils ont connu la misère ou la guerre. Il y en a eu d'autres avant eux, c'est juste leur tour", dit Brahim, 76 ans, qui habite le quartier depuis 40 ans.

"Alors bien sûr, c'est pas bon pour le quartier, mais je tâche de comprendre, car ils ont risqué leur vie et pour eux maintenant, ça passe ou ça casse", dit-il.

Galerie photos
Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Petites Annonces
Immobilier
Sud Portugal...
Sud Portugal... Granville (50400) 0€ Découvrir
Saint-Jacut-de-la-Mer (22750) sur camping...
Saint-Jacut-de-la-Mer (22750) sur camping... Saint-Jacut-de-la-Mer (22750) 0€ Découvrir
1 km mer, à louer chalet de 2 personnes, de 17 m² + salle d'
1 km mer, à louer chalet de 2 personnes, de 17 m² + salle d' Gouville-sur-Mer (50560) 0€ Découvrir
Caen, à louer studette meublée, 13 m2
Caen, à louer studette meublée, 13 m2 Caen (14000) 360€ Découvrir
Automobile
Caravane GRUAU Tradition 40 CP
Caravane GRUAU Tradition 40 CP Rouen (76000) 2 500€ Découvrir
Renault Megane
Renault Megane Coutances (50200) 2 000€ Découvrir
Vends Mercedes Classe A
Vends Mercedes Classe A Argences (14370) 29 000€ Découvrir
Tiguan
Tiguan Hérouville-Saint-Clair (14200) 9 900€ Découvrir
Bonnes affaires
Armoire ancienne
Armoire ancienne Caen (14000) 0€ Découvrir
Pots de buis
Pots de buis Caen (14000) 0€ Découvrir
Vide maison
Vide maison Cauvicourt (14190) 0€ Découvrir
Armoire ancienne
Armoire ancienne Caen (14000) 0€ Découvrir
L'application mobile de Tendance Ouest
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
Votre horoscope du vendredi 19 avril
Les jeux de Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
Des centaines de migrants en quête d'une "vie meilleure" affluent à Paris