En ce moment : Shining light - AIME SIMONE Ecouter la radio

Néonicotinoïdes: ministres de l'Agriculture et de l'Environnement en désaccord

Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert, a déclaré lundi vouloir revenir sur la législation interdisant, sauf dérogation, les insecticides de la famille des néonicotinoïdes à partir de septembre 2018, une position immédiatement contestée par son collègue de l'Environnement Nicolas Hulot.

Néonicotinoïdes: ministres de l'Agriculture et de l'Environnement en désaccord
Un fermier épand du pesticide dans un champ à Trébons-sur-la-Grasse le 10 décembre 2016 (Sud-Ouest) - REMY GABALDA [AFP/Archives]

La législation française "n'est pas conforme avec le droit européen" qui est plus souple, a déclaré M. Travert sur RMC/BFM TV, le ministre estimant que certains pesticides "n'ont pas de produit de substitution".

Les néonicotinoïdes sont accusés d'être notamment responsables du déclin des abeilles.

"Nous avons un certain nombre de produits aujourd'hui qui ont été estimés dangereux et qui sont au fur et à mesure retirés du marché, mais (pour) d'autres produits où nous avons des impasses techniques, qui n'ont pas de substitutions, nous devons pouvoir autoriser des dérogations pour en permettre l'utilisation afin que nos producteurs continuent à travailler dans de bonnes conditions", a déclaré M. Travert.

"C'est ma proposition", a spécifié le ministre, en indiquant que l'arbitrage du Premier ministre, Edouard Philippe, "n'est pas rendu".

Une interprétation immédiatement contestée par Nicolas Hulot, qui, dans un tweet en réponse à ces propos, affirme que "les interdictions de néonicotinoïdes", notamment, "ne seront pas levées, les arbitrages ont été rendus en ce sens".

Stéphane Travert venait d'exprimer sa volonté de "travailler sur ce sujet avec (son) collègue de l'Environnement", souhaitant "bâtir un compromis".

"Il va falloir regarder avec nos partenaires européens pour faire en sorte que ce texte rentre dans le cadre européen et que nous puissions mettre en place un régime de dérogations sur un certain nombre de produits qui sont dans ce qu'on appelle les impasses techniques", a plaidé Stéphane Travert.

Souhaitant "du temps" pour que la recherche puisse "continuer à avancer", le ministre a notamment pris l'exemple de la carotte des sables, cultivée notamment dans la Manche, département où il est élu député (PS) et pour laquelle il n'existe pas de produit de substitution au pesticide utilisé.

Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Néonicotinoïdes: ministres de l'Agriculture et de l'Environnement en désaccord