En ce moment : SI BIEN DU MAL - HERVE Ecouter la radio

Caen. Dans le Calvados, le colza est une graine aux multiples atouts

Le mois de mai est le mois adéquat pour la floraison du colza. Cette plante jaune pullule un peu partout dans les grandes exploitations de plaines du Calvados. Rentable économiquement et facile à cultiver, Patrice Lombard, céréalier à Mathieu, près de Caen (Calvados), a fait le choix de l'intégrer dans ses cultures.

Caen. Dans le Calvados, le colza est une graine aux multiples atouts
Patrice Lombard dispose d'une exploitation céréalière de 70 hectares à Mathieu dans le Calvados. 10 hectares sont consacrés au colza. - Margaux Rousset

C'est de saison. Partout le long des routes du Calvados, de grands champs remplis de fleurs jaunes. Parmi ces derniers, il y a celui de Patrice Lombard, exploitant céréalier à Mathieu, près de Caen (Calvados). Il a décidé de cultiver du colza, il y a une dizaine d'années, "au moment où il y a eu un regain d'intérêt pour cette céréale pour le carburant et l'huile". Dans son exploitation de 70 hectares, seulement 10 sont consacrés à cette plante jaune. "J'ai 35 hectares de blé mais également de la féverole, de l'orge, du lin et de la betterave sucrière". Dans ses champs, le colza est au plus haut de sa floraison. "C'est une céréale d'hiver que l'on sème fin août-début septembre et que l'on récolte à la fin du mois de juillet".

Une céréale rentable

Patrice Lombard sème deux kilos de graines de colza par hectare au début du mois de septembre, pour un rendement de 4,5 tonnes par hectare, "c'est un très bon rendement", ajoute le céréalier. Économiquement, le colza a sa place dans les exploitations. Acheté environ 60€ pour un hectare, Patrice Lombard vend son colza 400€ la tonne à la coopérative agricole de Creully. Celle-ci vend ensuite les récoltes à des triturateurs, qui vont produire la célèbre huile de colza et donner le reste de la céréale, le tourteau riche en protéine et oméga3, aux bétails. "Rien n'est perdu d'autant plus qu'il se récolte très facilement". Une moissonneuse-batteuse, la même que pour le blé, et c'est tout. Le climat normand se prête également très bien au développement de la semence. "Elle n'a pas besoin d'être beaucoup irriguée et elle capte l'azote qui se trouve dans le sol". Patrice Lombard, doit juste ajouter un peu d'engrais azoté et du soufre notamment au moment de la montée de la plante.
L'autre avantage pour ce céréalier, est que le colza, constitue une très bonne tête de rotation pour ses autres cultures. "Une fois le colza récolté, je peux planter mon blé au même endroit, sans aucun problème, la terre est prête à recevoir une autre culture".

Cultivé dans 75% des exploitations de plaines

Bien intégrés dans le département, les grands champs de colza se trouvent essentiellement dans le sud de Caen, "entre Saint-Pierre-sur-Dives, Falaise et Aunay-sur-Odon", précise Samuel Hardy, responsable de région Plaine à la chambre d'agriculture du Calvados. "Il y en a un peu moins au nord, car l'on trouve essentiellement des cultures de printemps, comme le lin, la pomme de terre ou la betterave". Au total, ce sont 22 000 hectares de colza qui sont cultivés dans le Calvados sur les 110 000 hectares de céréales présentes dans le département. "On en trouve essentiellement dans les exploitations de grandes cultures. 75% des exploitations de plaines cultivent le colza et en général ça représente 15% des surfaces cultivées", précise Samuel Hardy, quand un hectare sur deux est du blé. Bien que rentable économiquement et facile à cultiver les céréaliers ne peuvent tout de même pas se lancer dans une monoculture. "Le problème se trouve plus au niveau de la terre. Il faut planter plusieurs céréales pour que celle-ci se régénère".

Galerie photos
Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
2 commentaires

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

Les commentaires sur Tendance Ouest
Lombard Patrice 05/05/2017 - 22h06
Signaler ce commentaire

Bonjour,juste pour vous dire si je ne l'avais pas précisé que le colza n'est pas une céréale mais une plante oléagineuse.

Bien à vous ,Patrice.

Les commentaires sur Tendance Ouest
GUYON Pierre 06/05/2017 - 17h51
Signaler ce commentaire

Bonjour,

votre titre m'interroge ; je découvre que vous assimilez le colza avec les céréales ; j'ai vérifié à plusieurs sources et je ne trouve pas confirmation de cette défnition ; serait-ce une erreur ? Le colza est en effet une crucifère qui est certes récoltée avec une moissonneuse batteuse mais qui n'est pas une graminée ; pour moi, le terme 'céréale" est réservé aux graminées (blé, orge, riz, sorgho,...) On n'imagine pas de classer les pois et la féverole dans les céréales, n'est-ce pas ?
Pourtant, l'agriculteur M. Lombard semble vous donner raison puisqu'il parle lui-même du colza comme une céréale.

Votre point de vue m'intéresse ; j'ai en effet longtemps travaillé dans le monde agricole et je me dis que la terminologie change aussi comme beaucoup de choses autour de nous : qu'en pensez-vous ?

Dans l'attente, je vous salue cordialement

Pierre GUYON

En direct
Lire les journaux
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Caen. Dans le Calvados, le colza est une graine aux multiples atouts