En ce moment : NOUS - JULIEN DORE Ecouter la radio

Pas de délai pour l'augmentation de capital, BMPS dans une situation périlleuse

La Banque centrale européenne a rejeté vendredi la demande de délai déposée par la banque italienne BMPS pour mener son augmentation de capital dans le cadre de son plan de sauvetage, selon les agences italiennes, rendant plus probable une intervention de l'Etat.

Pas de délai pour l'augmentation de capital, BMPS dans une situation périlleuse
La BMPS, plus vieille banque de la planète, est le maillon faible du système bancaire italien, dont la fragilité inquiète les marchés - GIUSEPPE CACACE [AFP/Archives]

La BMPS, plus vieil établissement financier de la planète, est le maillon faible du système bancaire italien, dont la fragilité inquiète les marchés.

A la suite de cette information, le titre de la Monte dei Paschi di Siena (BMPS) a fini en recul de 10,55% à 19,5 euros, dans un marché en baisse de 0,73%. Toutes les valeurs bancaires étaient en berne, dont BPM (-4,32%), Banco Popolare (-3,93%) et UniCredit (-2,34%).

Interrogées par l'AFP, BMPS -- dont un conseil d'administration se tenait en fin d'après-midi -- et la BCE se sont refusées à tout commentaire sur cette information, qui pourrait encore aggraver la crise bancaire dans la péninsule.

Le numéro un de BMPS, Marco Morelli, a été reçu vendredi au ministère des Finances, pour faire le point sur la situation, a déclaré à l'AFP une source proche du ministère.

Si le non de la BCE était confirmé, cela compromettrait le plan de sauvetage avec recours au marché. On se dirigerait vers un soutien de l'Etat, via "une recapitalisation préventive" opération qui implique une mise à contribution des détenteurs de titres.

La troisième banque italienne avait demandé mercredi à la BCE un délai jusqu'au 20 janvier --au lieu du 31 décembre-- pour mener son augmentation de capital, dans un contexte rendu compliqué par l'instabilité politique créée par la démission du chef du gouvernement, Matteo Renzi.

La Monte a affiché les pires résultats aux tests de résistance publiés fin juillet par l'Autorité bancaire européenne.

Pour redresser la situation, BMPS, dont le titre a chuté de plus de 80% depuis début 2016, a lancé un vaste plan de sauvetage prévoyant la cession de 27,6 milliards de créances douteuses et une augmentation de capital pouvant aller jusqu'à 5 milliards d'euros.

Le premier acte de ce plan, une opération de conversion volontaire d'obligations en actions, a déjà permis de récolter plus d'un milliard d'euros. Mais il reste 4 milliards d'euros à trouver.

Protéger les petits épargnants

L'augmentation de capital proprement dite devait être lancée mercredi ou jeudi derniers, selon le plan annoncé par M. Morelli en novembre.

Mais l'instabilité politique générée par la démission de M. Renzi, après la victoire dimanche du non au référendum constitutionnel, a refroidi les potentiels investisseurs, dont le fonds du Qatar Qia, avec qui la banque est en négociations avancées pour devenir son investisseur de référence, en mettant sur la table un milliard d'euros.

La banque souhaitait utiliser le délai, avec la mise en place d'un nouveau gouvernement, pour rassurer les investisseurs. Le marché espère la nomination de M. Padoan à la place de M. Renzi afin d'assurer une continuité.

Mais 20 jours supplémentaires n'auraient "rien changé", estime Carlo Alberto Carnevale Maffè, professeur à l'Université Bocconi de Milan, pour qui la décision de la BCE est "correcte car l'Europe doit faire respecter les règles" pour "crédibiliser" l'Union bancaire.

Interrogé par l'AFP, il a souligné que la BMPS n'était "pas en faillite", mais avait "besoin d'être renforcée": "elle a une rentabilité opérationnelle acceptable, mais a un problème de capital" à cause des créances douteuses.

L'aide de l'Etat se ferait via "une recapitalisation préventive", mais le gouvernement cherche à préserver les petits épargnants, alors que de nombreux Italiens ont acquis des obligations subordonnées sans en connaître les risques.

Selon les nouvelles règles européennes, toute aide à une banque impose désormais en priorité une mise à contribution des actionnaires et détenteurs d'obligations subordonnées.

Pour protéger les petits épargnants, le gouvernement réfléchirait à racheter leurs obligations pour les convertir en actions. Une autre option serait la conversion de toutes les obligations en actions et un remboursement ensuite d'une partie des titres des particuliers.

La commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager, a déclaré jeudi qu'il existait en effet, selon les règles européennes, la possibilité "pour les gouvernements de compenser des ventes abusives".

Le système bancaire italien dans son ensemble est dans l'oeil du cyclone, en raison de son éclatement avec la présence de quelque 700 établissements différents, de l'importance des créances douteuses dans son porte-feuille (360 milliards d'euros, soit près d'un tiers de la zone euro) et de problèmes de capitalisation.

Depuis début 2016, l'indice des banques italiennes a perdu près de 50% à la Bourse de Milan.

Galerie photos
Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Pas de délai pour l'augmentation de capital, BMPS dans une situation périlleuse