Le nouveau skipper de la région Normandie rêve du Vendée Globe

Le nouveau skipper de la région Normandie rêve du Vendée Globe

Eric Delamare est le nouveau skipper de la région Normandie. © DR

Le
Par : Vincent Le Parc

Il défendra les couleurs de la Normandie au championnat de France de courses au large en solitaire. À tout juste 18 ans, Éric Delamare, qui vit à Ouistreham (Calvados), ne compte pas laisser passer sa chance.

"Pouvoir vivre de sa passion, c'est un rêve d'enfant." Éric Delamare l'a bien compris. Il n'a jamais été aussi proche de son but. À tout juste 18 ans, il est le nouveau skipper de la région Normandie. Et ce pour une durée de deux ans.

Il défendra les couleurs de la région dans le cadre du championnat de France de courses au large en solitaire. En juin, il participera notamment, à la mythique course du Figaro.

Une affaire de famille

Il faut dire que chez les Delamare, la voile est une histoire de famille. "Quand j'ai quitté la maternité, mes parents m'ont emmené directement sur le bateau où ils passaient leurs vacances". À 7 ans, il découvre le char à voile. Quelques années plus tard, il se lance dans la voile, puis commence à pratiquer la discipline en compétition. "J'en ai gagné quelques-unes, puis j'ai découvert la course en solitaire."

Éric Delamare vit à Ouistreham et s'entraîne à Deauville depuis deux ans. Son objectif est clair: "Je veux être professionnel". Le jeune homme prépare actuellement le bac au lycée Dumont-Durville (Caen). Puis, il compte passer un BTS électronique embarqué. "Normalement, je pourrais le faire en 3 ans au lieu de 2, cela me permettra de continuer les compétitions."

Pour être le meilleur, le jeune normand s'entraîne dur: il sort en mer trois fois par semaine, durant 4 à 5 heures. "Et quand je ne navigue pas, je me prépare physiquement, je fais beaucoup de cardio. Il faut que ma condition soit optimale."

"Le Vendée Globe, c'est l'apogée d'une carrière"

La mer lui procure des sensations uniques. "C'est un environnement particulier, le fait d'être livré à soi-même, c'est incroyable. Naviguer, c'est se sentir libre." Son rêve, bien sûr, reste le Vendée Globe. "C'est le but de chaque skipper. J'espère y participer un jour."

D'ici là, il lui reste encore un peu de chemin à parcourir. Et d'argent à trouver. Car avec son nouveau statut, la région le soutiendra à hauteur de 130 000 € pour les deux saisons. "Mais une année, cela coûte 250 000 €, il va donc falloir que je trouve des sponsors." Un exercice qu'il compte bien mener d'une main de maître. Comme lorsqu'il est à la tête d'un bateau.


1234
Votre pour les trophées du sport normand
Envoyez-nous votre plus belles photos de Noël
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques