En ce moment : HITS and NEWS RADIO - TENDANCE OUEST Ecouter la radio

Courseulles-sur-Mer. Le retraité lui avait accordé sa confiance : malhonnête, il en profite

Tribunal. Un homme de 32 ans utilisait à son profit la carte de crédit d'un retraité qui la lui avait confiée. Le trentenaire a été jugé jeudi 8 décembre, au tribunal judiciaire de Caen.

Courseulles-sur-Mer. Le retraité lui avait accordé sa confiance : malhonnête, il en profite
Le prévenu a été condamné jeudi 8 décembre par le tribunal judiciaire de Caen, à 6 mois de prison avec sursis probatoire de 2 ans. - Martine Dubos

Un Guadeloupéen de 32 ans était jugé jeudi 8 décembre au tribunal judiciaire de la Presqu'île de Caen pour une affaire d'abus de confiance envers un retraité. Les faits ont duré du 18 octobre 2019 au 3 juin 2020.

Il assure qu'il remboursera

La victime, retraitée, vivait dans le même immeuble que le trentenaire. Ne se servant pas bien de son ordinateur, il avait recours à ce dernier pour l'aider. Sur ses conseils, il décide d'acheter un nouvel appareil. Ensemble, ils se rendent dans une enseigne d'électroménager et le prévenu en profite pour lui demander d'en acheter un autre pour lui, qu'il lui remboursera théoriquement quelque temps après.

Pour ses achats, la victime se sert d'une carte assortie d'un crédit revolving, permettant d'acheter sans payer immédiatement. Le prévenu souhaite avoir cette carte et le retraité la lui confie avec l'obligation de lui dire à chaque fois qu'il s'en sert. Ce qui ne sera pas fait.

Il a "oublié" de prévenir

Certaines échéances de crédit ne pourront pas être honorées et la victime se retrouve en situation d'interdit bancaire. Elle porte plainte. À l'audience, le prévenu explique que parfois, il a "oublié" de prévenir de certains achats, mais il nie avoir voulu abuser de la confiance de son voisin. Il lui rendait des services et en retour, ce dernier lui permettait d'utiliser la carte.

Il a voulu rembourser 700 euros et ensuite 50 euros par mois, ce que la victime a refusé, vu son âge. Il aurait fallu ainsi plus de sept ans pour apurer la dette… Pour la partie civile, son client a été abusé. Il avait simplement confiance envers ce "voisin serviable". Sa retraite ne lui permettait pas de faire face à toutes les échéances du crédit revolving alors qu'avant, il gérait parfaitement son budget.

Pour la procureure, l'abus de confiance est caractérisé. Après délibéré, le prévenu est condamné à 6 mois de prison avec sursis probatoire de 2 ans, inéligibilité pendant 5 ans, 70 heures de travaux d'intérêt général, obligation de travailler, 127 euros d'amende et obligation d'indemniser la victime : 4 566,17 euros de dettes, 400 euros pour préjudice moral et 800 euros de frais d'avocat.

Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Courseulles-sur-Mer. Le retraité lui avait accordé sa confiance : malhonnête, il en profite