En ce moment : MON AMOUR - STROMAE Ecouter la radio

Présidentielle: le Parlement attend le président Zelensky dans une campagne scandée par l'Ukraine

France-Monde. L'union sacrée pour l'Ukraine et son président? L'actualité internationale s'invite encore une fois dans la campagne présidentielle avec l'intervention vidéo mercredi devant le Parlement du chef de l'Etat ukrainien Volodymyr Zelensky, sur fond de divergences entre candidats sur la politique de la France face à la Russie.

Présidentielle: le Parlement attend le président Zelensky dans une campagne scandée par l'Ukraine
Le président ukrainien Volodymyr Zelenski le 21 mars 2022 - STR [UKRAINIAN PRESIDENTIAL PRESS SERVICE/AFP]

Après le parlement italien mardi, c'est au tour de l'Assemblée nationale et du Sénat français de se réunir exceptionnellement et simultanément à 15 heures, malgré la fin de la session parlementaire, pour écouter un message en direct de Volodymyr Zelensky, qui enchaîne les interventions devant les parlements nationaux alors que son pays affronte l'invasion russe.

Pas moins de trois candidats à l'Elysée, Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon et Nicolas Dupont-Aignan, également députés, siègeront au Palais Bourbon pendant les 15 minutes qu'est censée durer l'adresse vidéo du président ukrainien. Un temps volontairement limité pour des questions de sécurité.

Ironie, ces trois candidats, auxquels il faut ajouter le polémiste d'extrême-droite Eric Zemmour, sont régulièrement brocardés pour leurs positions jugées pro-russes. Pas question cependant d'"instrumentaliser" le message de Volodymyr Zelensky, assure une source parlementaire LREM. "L'enjeu global dépasse la politique intérieure."

"Il y a une prise de conscience de la classe politique française. L'Ukraine est un sujet qui nous appartient car c'est l'Europe qu'on agresse", expose Frédéric Petit, député Modem des Français de l'Europe de l'Est.

Au Palais Bourbon comme au Palais du Luxembourg, aucun débat ne sera organisé après le message de M. Zelensky. Un comité de liaison parlementaire aura lieu dans la foulée à Matignon.

Mais à moins de 18 jours du premier tour, pas question de perdre de vue la campagne présidentielle. Marine Le Pen qui avait initialement annoncé faire l'impasse sur ce rendez-vous, s'est finalement ravisée. "Ca montre bien que certains sont gênés aux entournures", persifle la source parlementaire LREM.

"Le fait d'écouter M. Zelensky, ça apportera sûrement un aspect médiatique important et on va voir ce qu'il dit, mais enfin on l'a écouté à l'Europe (le Parlement européen, ndlr), (...) le fond du problème reste", a fait valoir le maire RN de Perpignan, Louis Aliot, soutien de Marine Le Pen désormais solidement installée à la 2e place des intentions de vote, derrière le président Emmanuel Macron.

Un quatrième député également candidat à la présidentielle, le communiste Fabien Roussel, est lui excusé en raison d'un deuil familial. "N'y voyez aucunement un choix politique", a-t-il tenu à souligner.

Poids lourds de la majorité à Nice

Au Sénat, tous les présidents de groupe devraient être présents dans l'hémicycle, à l'exception du chef de file des sénateurs PS Patrick Kanner, en déplacement, ce qu'il "regrette".

Avec l'intervention de M. Zelensky, la guerre en Ukraine devrait continuer d'écraser l'actualité de la campagne présidentielle, un conseil de défense et de sécurité étant par ailleurs prévu à l'Elysée.

Cela ne découragera pas Marine Le Pen et Eric Zemmour de parler chiffres et mesures, avec la présentation pour l'une du chiffrage de son projet et la présentation de son programme pour le second.

M. Zemmour, qui décroche dans les sondages où il navigue autour des 10%, a tenté avec la création d'un ministère de la "remigration", un concept de la pensée identitaire, de donner un coup de fouet à sa campagne avant son grand meeting au Trocadéro, dimanche à Paris.

Loin de la démonstration de force prévue par M. Zemmour ou celle de Jean-Luc Mélenchon place de la Bastille dimanche dernier, avec à la clef des dizaines de milliers de militants, la majorité s'essaiera mercredi à un rare grand rassemblement à Nice où 3.000 personnes sont attendues au palais Nikaïa.

Sans Emmanuel Macron, le meeting alignera quelques poids lourds illustrant le "dépassement" droite/gauche sous la houlette du maire de Nice Christian Estrosi, ex-LR devenu fervent soutien du président-candidat.

Sont attendus l'ex-premier ministre Edouard Philippe, le patron des députés LREM Christophe Castaner, le maire ex-LR de Toulon Hubert Falco, le ministre de la Santé Olivier Véran et son homologue de la Culture, Roselyne Bachelot.

Plus tôt dans la journée, M. Estrosi organisera une rencontre entre des élus locaux et quelques unes des "têtes d'affiche". Une pierre dans le jardin d'Eric Ciotti, député des Alpes-Maritimes et bras droit de la LR Valérie Pécresse.

Galerie photos
Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Présidentielle et législatives : le direct
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Présidentielle: le Parlement attend le président Zelensky dans une campagne scandée par l'Ukraine