En ce moment : FOOTPRINTS - TOM GREGORY Ecouter la radio

Le cofondateur des talibans à Kaboul où l'évacuation se poursuit dans le chaos

France-Monde. La direction des talibans se rassemblait samedi à Kaboul pour définir les contours d'un gouvernement "inclusif", alors que la gigantesque opération d'évacuation dans la capitale afghane, "l'une des plus difficiles de l'histoire" selon Joe Biden, se poursuivait dans le chaos.

Le cofondateur des talibans à Kaboul où l'évacuation se poursuit dans le chaos
Des Afghans font la queue avant de monter à bord d'un avion de l'US Air Force pour évacuer Kaboul, le 20 août 2021 - Taylor Crul [US AIR FORCE/AFP]

Le cofondateur et numéro deux des talibans, Abdul Ghani Baradar, est arrivé samedi à Kaboul après avoir passé deux jours à Kandahar, berceau du mouvement.

Ce mollah, qui dirigeait jusque là le bureau politique des talibans au Qatar, va "rencontrer des responsables jihadistes et des responsables politiques pour l'établissement d'un gouvernement inclusif", a déclaré à l'AFP un haut responsable taliban.

D'autres leaders du mouvement ont été aperçus dans la capitale afghane ces derniers jours, dont Khalil Haqqani, l'un des terroristes les plus recherchés au monde par les Etats-Unis, qui ont promis une récompense de 5 millions de dollars contre des informations permettant sa capture.

Des réseaux sociaux pro-talibans ont montré Haqqani rencontrant Gulbuddin Hekmatyar, considéré comme l'un des chefs de guerre les plus cruels du pays pour avoir notamment bombardé Kaboul durant la guerre civile (1992-96). Hekmatyar, surnommé "le boucher de Kaboul", était un rival des talibans avant que ceux-ci ne prennent le pouvoir entre 1996 et 2001.

Depuis l'arrivée de Baradar sur le sol afghan, les talibans ont assuré que leur règne serait "différent" du précédent (1996-2001), marqué par son extrême cruauté notamment à l'égard des femmes. Ils ont répété vouloir former un gouvernement "inclusif", sans toutefois entrer dans les détails.

Mais six jours après leur prise de contrôle, le devenir politique de l'Afghanistan préoccupe moins la communauté internationale que l'évacuation, dans le chaos le plus total, de milliers d'Afghans.

Dans l'attente d'un miracle

Samedi, les routes menant à l'aéroport de Kaboul continuaient d'être congestionnées. Malgré des jours d'échec, des milliers de familles se massaient encore devant l'aérodrome, espérant monter par miracle dans un avion. Devant elles, des militaires américains et une brigade des forces spéciales afghanes se tenaient aux aguets pour les dissuader d'envahir les lieux.

Derrière eux, des talibans, désormais accusés de traquer des Afghans ayant travaillé pour l'Otan pour les arrêter et de restreindre l'accès à l'aéroport qu'ils souhaitent quitter à tout prix, observaient la scène.

Nouvelle incarnation du désespoir, une vidéo d'un soldat américain soulevant un bébé par-dessus les barbelés surplombant l'aéroport a fait le tour du monde. "Les parents ont demandé aux Marines de s'occuper du bébé parce qu'il état malade", a expliqué John Kirby, le porte-parole du Pentagone.

"C'était un acte de compassion", a-t-il ajouté, quelques jours après que des avions américains ont décollé malgré la présence d'Afghans dans leur train d'atterrissage, provoquant plusieurs chutes mortelles.

La gigantesque opération d'évacuation à Kaboul, qualifiée par Joe Biden de "l'une des plus difficiles de l'histoire", mobilise depuis une semaine, dans des conditions chaotiques, des avions du monde entier pour évacuer par l'aéroport de la capitale afghane des diplomates, d'autres étrangers et des Afghans fuyant un pays tombé aux mains des talibans.

"Je ne peux pas promettre ce qu'en sera l'issue finale" ni qu'il n'y aura pas "de risques de pertes" en vies humaines, a déclaré le président américain.

'Listes prioritaires'

Les Etats-Unis, qui prévoient d'évacuer plus de 30.000 Américains et civils afghans via leurs bases au Koweït et au Qatar, affirment avoir déjà fait sortir plus de 13.000 personnes depuis le 14 août.

La pression va crescendo pour obtenir les places restantes, alors que, selon un rapport d'un groupe d'experts travaillant pour l'ONU, les talibans possèdent des "listes prioritaires" d'Afghans recherchés, les plus menacés étant les gradés de l'armée, de la police et du renseignement.

Le rapport indique que les talibans effectuent des "visites ciblées" chez les personnes recherchées et leurs familles. Leurs points de contrôle filtrent aussi les Afghans dans les grandes villes et ceux souhaitant accéder à l'aéroport de Kaboul.

Des talibans recherchant un journaliste de Deutsche Welle (DW), désormais installé en Allemagne, ont abattu mercredi un membre de sa famille et en ont grièvement blessé un autre, a signalé la radio allemande.

La Fédération internationale des journalistes (FIJ) indique avoir reçu "des centaines de demandes d'aide" de professionnels de l'information afghans, majoritairement des femmes, chez qui règnent "la panique et la peur".

Les talibans affirment que leurs hommes n'étaient pas autorisés à agir ainsi. "Certaines personnes le font encore, peut-être par ignorance (...) Nous avons honte", a tweeté un de leurs hauts responsables, Nazar Mohammad Mutmaeen.

Insécurité alimentaire

Les talibans ont dit vouloir établir de "bonnes relations diplomatiques" avec tous les pays, mais prévenu qu'ils ne feraient aucun compromis sur leurs principes religieux.

La Chine, la Russie, la Turquie et l'Iran ont émis des signaux d'ouverture, les pays occidentaux restant méfiants.

L'économie afghane, sinistrée, dépend pour beaucoup de l'aide internationale. "Une personne sur trois" est en situation d'insécurité alimentaire dans le pays, confronté à une sévère sécheresse, selon le Programme alimentaire mondial (PAM).

Les talibans ont demandé aux imams de prêcher l'unité et d'appeler les personnes éduquées à ne pas fuir lors de la prière du vendredi, la première depuis leur accession au pouvoir.

Quelques signes isolés de résistance ont été signalés, notamment dans la vallée du Panchir au nord-est de Kaboul, dernière région à ne pas être contrôlée par les talibans, où Ahmad Massoud, fils du célèbre commandant Ahmed Shah Massoud assassiné le 9 septembre 2001 par Al-Qaïda, a appelé, avec l'ancien vice-président Amrullah Saleh, à la résistance.

burs-jf/lch

Galerie photos
Recevez l'actualité gratuitement
Réagir à cet article
Envoi en cours...
En direct
Jeu-Concours : devinez qui sera élue Miss France 2022
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Le cofondateur des talibans à Kaboul où l'évacuation se poursuit dans le chaos