En ce moment : BEAUTIFUL - THE AVENER Ecouter la radio

Arjowiggins: les salariés s'attendent à une liquidation judiciaire

Les salariés de la principale papeterie d'Arjowiggins en France, à Bessé-sur-Braye (Sarthe), placée en redressement judiciaire, ne croient plus à une reprise de leur usine et s'attendent à une liquidation, ont-ils indiqué vendredi.

Arjowiggins: les salariés s'attendent à une liquidation judiciaire
L'usine Arjowiggins de Bessé-sur-Braye le 29 mars 2019 - JEAN-FRANCOIS MONIER [AFP]

Le tribunal de commerce de Nanterre doit rendre vendredi après-midi sa décision sur l'avenir des trois papeteries Arjowiggins, à savoir Le Bourray (Sarthe), Château-Thierry (Aisne) et Bessé, selon Me Justine Candat, avocate des salariés.

Ces trois usines, qui appartenaient au groupe Sequana, ont été placées en redressement judiciaire le 8 janvier et emploient en tout près de mille personnes.

"Notre directeur (de site) a pris la parole ce matin. Il n'y a pas d'issue, pas d'investisseur privé, c'est fini. On s'y attendait mais là c'est cuit. C'est plié, plus personne n'y croit", a déclaré à l'AFP Abraham Philippe, représentant CGT à Bessé-sur-Braye (580 salariés).

"On se réunit, on est tous ensemble. Je pense qu'on va bloquer l'usine pour préserver les machines, l'outil de travail et le stock", a-t-il ajouté. "Y a plus qu'à chercher du boulot..."

"C'est certain qu'il y aura une liquidation judiciaire. On ne va pas se leurrer, le problème est que les fonds privés ne sont pas là", a abondé Jacques Lacoche, maire de Bessé-sur-Braye (2.200 habitants).

Quelque 200 salariés "dignes" sont réunis devant l'usine, a décrit le maire. "Tout le monde est sous le choc. Certains rentrent chez eux car il y a trop de chagrin".

"Il y a toujours un espoir de repreneur même après la liquidation judiciaire", a-t-il affirmé.

"C'est possible mais j'ai du mal à y croire", a commenté Abraham Philippe.

"C'est un coup très dur, il va y avoir 600 personnes dans la région sans emploi et il n'y a rien dans le secteur", a ajouté Christine, employée à la logistique, chez "Arjo" depuis 35 ans. "Il y a une heure de route minimum pour les grandes villes, Blois, Tours ou Le Mans. Beaucoup de personnes restent sur le site, on a besoin de rester ensemble, on a du mal à réaliser que c'est fini."

Recevez l'actualité gratuitement
Réagir à cet article
Envoi en cours...
En direct
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Arjowiggins: les salariés s'attendent à une liquidation judiciaire