Sélection à l'université : à Rouen, la mobilisation grandit chez le personnel

Sélection à l'université : à Rouen, la mobilisation grandit chez le personnel

79 enseignants et membres du personnel de l'université de Rouen ont signé une tribune contre la sélection à l'université.

Le
Par : Noémie Lair

À l'université de Rouen (Seine-Maritime), les professeurs sont de plus en plus nombreux à se mobiliser contre les réformes du gouvernement. Dans une tribune signée jeudi 12 avril 2018, ils réaffirment s'opposer au principe de sélection à l'entrée à l'université.

La mobilisation se poursuit à l'université de Rouen et il y a des avancées qualifiées de "première victoire" par les professeurs rencontrés. Vendredi 13 avril 2018, après le blocage des services centraux du site, le président de l'université de Rouen, Joël Alexandre, a rencontré étudiants et professeurs.

    • Lire aussi : Mobilisation à la fac de Rouen : le projet d'université libre se concrétise peu à peu

Joint ensuite par téléphone, il réaffirme "les comprendre et mesurer leur inquiétude". "Pour la rentrée 2018, nous avons accru nos capacités d'accueil" et "pour les 3/4 de nos formations, il n'y a pas d'inquiétude et en aucun cas cela ne se traduira par une quelconque sélection". Un classement devrait uniquement être fait pour les filières dites "en tension", comme les Staps (Sciences et techniques des activités physiques et sportives).

De plus en plus de personnels mobilisés

Une "première victoire" pour ceux qui sont de plus en plus nombreux à se mobiliser. Jeudi 12 avril 2018, 79 enseignants et personnels ont signé une tribune rejetant la sélection à l'entrée à l'université :"Nous réaffirmons le principe de l'université comme service public ouvert à tous les bacheliers qui le souhaitent"

Ils rejettent le fond de la réforme mais aussi sa forme.

Le fonctionnement de Parcoursup

Sur la plateforme Parcoursup, les lycéens ont formulé jusqu'à 10 vœux chacun. Ces vœux sont ensuite étudiés par plusieurs personnes. Explications avec Pierre Clément, maître de conférences en science de l'éducation et responsable de la 1re année de licence.

    • Première étape : les appréciations des professeurs principaux

Chaque lycéen remplit une "fiche avenir" avec les notes de première, de terminale et l'appréciation du professeur principal "sur 4 compétences : méthode de travail, autonomie, engagement et esprit d'initiative et capacité à s'investir, de 'très satisfaisant' à 'peu démontré'".

Chaque lycéen écrit aussi une lettre de motivation.

    • Deuxième étape : la validation des chefs d'établissements

Ensuite, "le chef d'établissement donne un avis sur les vœux formulés par l'ensemble de ses élèves de terminale. Imaginons un lycée avec 300 élèves de terminale, cela fait potentiellement 3 000 vœux." Il se prononce sur la capacité à réussir et la cohérence du projet. "Là aussi, on peut s'interroger sur la capacité du chef d'établissement à juger puisqu'il faut connaître à la fois le lycéen et la formation dans laquelle il candidate. Ce n'est pas un reproche que l'on fait au chef d'établissement, c'est juste que ce n'est pas possible."

Autre problème : certains professeurs n'ont pas joué le jeu, d'après Pierre Clément, car "opposés à la réforme ou ne voulant pas pénaliser leurs élèves. Dès lors, est-ce que l'élève a eu très satisfaisant parce que c'est le cas ou parce que son professeur a choisi de 'protéger' ses élèves ?"

    • Troisième étape : les commissions

Les dossiers sont ensuite étudiés par des commissions au sein des établissements d'enseignement supérieur. Le ministère a mis à leur disposition un outil d'aide à la décision, avec des paramètres définis par chaque commission. "Certaines commissions, dans le secret de leurs délibérations, pourront décider de paramétrer leur outil pour exclure certains bacs."

Autre inquiétude pour le maître de conférences : l'examen de la lettre de motivation. "Je suis responsable de 1re année. Croyez-vous que j'ai le temps de lire 1 200 lettres de motivation et de leur attribuer une note ? Comment est-ce que je peux noter de manière rigoureuse une lettre de motivation ? Sachant que certains élèves n'ont pas écrit eux-mêmes leur lettre. Là encore, quelle égalité de traitement entre les candidats ?"

Nouvelles réunions

Enseignants et professeurs ont prévu d'organiser d'autres assemblées générales et réunions lundi 16 et mardi 17 avril pour informer et prendre des décisions sur les mobilisations à venir.


1234
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques