Après la nuit la plus froide de l'hiver, la neige arrive par le Sud

Une nouvelle perturbation venue d'Espagne doit amener de la neige dans le Sud mercredi, où 13 départements sont placés en vigilance orange, alors que dans le Nord, les températures négatives avaient atteint un pic de froid dans la nuit.

Après la nuit la plus froide de l'hiver, la neige arrive par le Sud

Chute de neige à Paris, le 27 février 2018 © OLIVIER MORIN [AFP]

Par

La vague de froid a provoqué un quatrième décès, une nonagénaire trouvée mardi matin par un livreur de pains à Belley (Ain), devant le portail de la maison de retraite où elle résidait.

C'est par le Sud qu'arrive une nouvelle perturbation mercredi selon Météo France, avec un épisode méditerranéen neigeux marqué sur le Sud-Est, et de grosses chutes de neige dans le Sud-Ouest. La neige n'épargnera pas le Nord selon Météo France, où elle est attendue dans l'après-midi, de Nantes à Strasbourg en passant par Paris.

Les appels aux pompiers se multipliaient en début de matinée dans les Pyrénées-Atlantiques et les Landes, pour de nombreux accidents dus à la neige, "de la tôle froissée principalement", sans à ce stade d'éléments de gravité, selon les secours.

La quasi-totalité des accès à l'autoroute A64 (Bayonne-Toulouse) et à l'A63 (Espagne-Bordeaux) ont été fermés tôt à la circulation des poids lourds, par arrêtés préfectoraux, puis également aux voitures, dans les portions portant sur les départements des Pyrénées-Atlantiques et des Landes.

Dans l'Aveyron, la préfecture prévoit des chutes de neige collante au-dessus de 900 m. La couche de neige attendue est de 15 à 20 cm d'ici jeudi matin. Le vent d'autan devrait se lever dès mercredi matin et se poursuivre jusqu'à jeudi, avec des rafales de 70 à 100 km/h.

Ce vent d'autan devrait se renforcer progressivement mercredi en Haute-Garonne, les rafales les plus fortes se produiront dans l'après-midi et se poursuivront jusqu'en début de nuit prochaine, atteignant environ 100 km/h en plaine toulousaine et 120 à 130 km/h sur les coteaux du Lauragais et la Montagne Noire.

Mercredi matin, la neige tombait à Toulouse et à Montpellier, où une fine couche blanche recouvrant toits, parcs et trottoirs, comme à Alès (Gard).

Des cumuls importants sont attendus, même à basse altitude sur le nord de l'Hérault, et l'ouest du Gard avec 20 à 40 cm de neige en fin de journée.

A Nice, saupoudrée de neige lundi, le thermomètre ne dépassait pas 1°C au lever du jour mercredi. Seuls quelques irréductibles avaient bravé le froid pour effectuer leur jogging matinal sur la Promenade des Anglais. De nouvelles chutes de neige sont attendues dans la journée sur le département.

Dans l'arrière-pays niçois, les températures restaient glaciales dans les stations (- 16°C à Isola 2000) et les équipements spéciaux étaient obligatoires dès 500 m d'altitude dans certaines vallées et le verglas généralisé sur l'ensemble du réseau routier.

la nuit la plus froide

Selon Météo-France, la nuit de mardi à mercredi a été la plus froide de l'hiver sur un vaste tiers nord-est de la France avec des minimales inférieures de -10°à Lyon, -12°C à Metz.

Pour les autorités, outre les personnes à la santé fragile, la priorité reste la mise à l'abri des personnes vivant dans la rue.

Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires, a annoncé mercredi matin sur BFMTV l'existence de 150.000 places d'hébergement d'urgence, "un chiffre jamais atteint". "Nous avons suffisamment de places pour répondre à la demande d'urgence. Ca ne veut pas dire qu'il n'y a personne dans la rue", a-t-il précisé.

A Marseille, une polémique est née autour du Samu Social qui n'effectue plus de maraudes la nuit le weekend depuis plus d'un mois, conséquence de la réorganisation des horaires de travail au sein du service visé par une enquête judiciaire. La mairie a annoncé qu'elle allait proposer des heures supplémentaires pour pallier ce manque pendant la vague de grand froid.

A Calais, le dispositif de "mise à l'abri" des migrants a été activé dans le cadre du "Plan Grand Froid", pour la 39e fois depuis le 9 décembre.

Météo-France prévoit un redoux "brutal" en fin de semaine dans le Sud qui devrait s'étendre progressivement sur le reste du pays avant un week-end printanier.

Sur le front énergétique, les centrales nucléaires restent très sollicitées. Dans la Drôme, EDF a décidé de repousser la visite de maintenance de l'unité de production n°4 de la centrale de Tricastin.

Après un mois de janvier historiquement doux et un début février neigeux, cet épisode de froid est marquant en raison de son caractère tardif. La France n'avait pas connu pareille vague de froid à cette période de l'année depuis 2005. Baptisée "Moscou-Paris", elle a fait plus d'une vingtaine de morts en Europe depuis vendredi.

Galerie photos

TOP FRANCE MONDE

CONTENUS SPONSORISES Proposés par Ligatus

COMMENTAIRES