Des "ovinpiades" pour séduire les jeunes bergers en Normandie

Jeudi 11 janvier 2018, une cinquantaine d'étudiants se sont retrouvés à Mathieu, près de Caen (Calvados) pour participer aux 3e "ovinpiades".

Des "ovinpiades" pour séduire les jeunes bergers en Normandie

Les élèves du lycée agricole Le Robillard font partie des 750 candidats de toute la France participant aux Ovinpiades.

Par Marie-Charlotte Nouvellon

La Normandie est peut-être plus connue pour ses vaches, mais la filière ovine veut aussi s'y faire sa place. Et pour se faire, elle organisait jeudi 11 janvier 2018 des "ovinpiades", un concours de bergers à destination des étudiants en lycée agricole.

Une filière qui recrute

Une cinquantaine de jeunes de toute la Normandie se sont donc retrouvés à Mathieu, près de Caen (Calvados), pour s'affronter sur des épreuves de tri de brebis, reconnaissance des races ou encore slalome en troupeau… Parmi eux, Alice Brière, en BTS au CFA d'Yvetot (Seine-Maritime) explique : "à la base je suis dans la filière équine mais c'est l'occasion de découvrir ce milieu, les pratiques à adopter avec les moutons. C'est complètement différent de ce que je fais d'habitude, c'est bien de changer un peu."

Félix Le Royer, scolarisé au lycée agricole Le Robillard dans le Calvados, est, lui, tombé dans les moutons quand il était petit. "Je suis passionné depuis que je suis gamin, je me suis tout de suite lancé dans les ovinpiades quand on l'a proposé au lycée", sourit-il. Il rêve de devenir d'abord technicien avant de lancer peut-être un jour sa propre exploitation. "La filière recrute, il y aura du boulot ! Enfin j'espère…"

Au cours des 15 prochaines années, 61 % des éleveurs de brebis allaitantes et 39 % des brebis laitières partiront à la retraite. Pour assurer le maintien de la filière, 10 000 emplois sont donc à pourvoir dans la prochaine décennie. Cette année, 750 candidats de toute la France se sont inscrits aux Ovinpiades.

Sortir le nez des cahiers

Et pour tenter de décrocher le titre régional - les deux gagnants de cette sélection participeront à la grande finale qui se déroulera en février prochain au Salon de l'agriculture - Félix s'est longuement entraîné, chez des exploitants et surtout avec son ancien maître de stage. "C'est sûr que pour progresser dans notre filière, il faut voir faire des professionnels et sortir le nez des cahiers."

0:00
0:00

Une technique qui s'est avérée payante : Félix Le Royer a décroché la première place.

TOP SOCIETE

CONTENUS SPONSORISES Proposés par Ligatus

COMMENTAIRES