Risque terroriste sur les sites nucléaires : les conclusions alarmantes d'un rapport

Risque terroriste sur les sites nucléaires : les conclusions alarmantes d'un rapport

Selon l'ONG, le rapport constate que "les piscines d'entreposage du combustible usé sont extrêmement fragiles".

Le
Par : Célia Caradec

Greenpeace a commandé un rapport à sept experts indépendants sur la sécurité des sites nucléaires français. Selon l'ONG, leurs conclusions sont alarmantes, notamment sur le risque lié aux piscines d'entreposage du combustible usé.

En 2015, Greenpeace a commandé à sept experts de la question nucléaire un rapport sur la sécurité des centrales et des piscines d'entreposage sur les territoires français et belge. Ce document a été remis mardi 10 octobre 2017 aux autorités que l'ONG estime compétente. Elle n'a pas souhaité le rendre public, "en raison des informations sensibles qu'il contient".

"Bunkeriser les piscines"

Selon l'ONG, le rapport constate que "les piscines d'entreposage du combustible usé sont extrêmement fragiles face aux actes de malveillance". Greenpeace estime qu'en cas d'attaque extérieure, "si une piscine est endommagée et que de l'eau s'écoule, le combustible n'est plus refroidi". Cela pourrait alors entraîner des conséquence radiologiques graves pour l'environnement ou la population.

"Il faut briser l'omerta sur les risques qui planent sur les centrales nucléaires", estime le Manchois Yannick Rousselet, chargé des questions nucléaires à Greenpeace. L'ONG demande à EDF d'effectuer les travaux nécessaires pour "bunkeriser" ces piscines.

Trois centrales et une usine en Normandie

La Normandie compte trois centrales nucléaires en fonctionnement à Flamanville (Manche), Paluel et Penly (Seine-Maritime), et une usine de retraitement de déchets nucléaires usés, sur la commune de La Hague (Manche), qui contient elle même quatre piscines d'entreposage.

La question de la solidité du toit des piscines en cas de chute éventuelle d'un avion avait déjà été soulevée en 2013, lors de la publication du livre blanc de la sûreté des installations nucléaires civiles de la Manche. En 2014, Greenpeace avait également alerté sur les risques d'actes malveillants après plusieurs survols de drones au-dessus des centrales nucléaires. Des survols qui se poursuivent, selon Yannick Rousselet.


1234
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques