En ce moment : SANTE - STROMAE Ecouter la radio

Cherbourg. "Déchets nucléaires : ça déborde" : Greenpeace proteste devant l'usine Orano

Les militants de Greenpeace ont protesté devant l'usine Orano de la Hague (Manche) ce vendredi 16 août 2019 matin à 9h à bord du Rainbow Warrior III, contre la "pollution nucléaire". Deuxième étape : l'EPR de Flamanville. 

Cherbourg.
Les militants de Greenpeace ont déployé plusieurs banderoles pour "protester contre les rejets en mer de substances radioactives" avec pour slogans "pollution nucléaire" et "déchets nucléaires : ça déborde".  - Delphine Ghosarossian / Greenpeace

Le Rainbow Warrior III, bateau de Greenpeace, était au port de Cherbourg (Manche) jeudi 15 août 2019. L'objet de la visite : une opération antinucléaire devant différents sites industriels nucléaires. Ce vendredi 16 août, tôt dans la matinée, les militants ont quitté le port du Cotentin en direction du cap de la Hague, pour protester devant l'usine Orano de retraitement de déchets nucléaires.


L'organisation a mis des semi-rigides à l'eau pour tenter de s'approcher au plus près des points de rejet d'Orano. - Yannick Rousselet / Greenpeace

Orano affirme respecter la réglementation

Les militants ont déployé plusieurs banderoles pour "protester contre les rejets en mer de substances radioactives" avec pour slogans "pollution nucléaire" et "déchets nucléaires : ça déborde" selon un communiqué de l'organisation, malgré l'interdiction de s'approcher "d'un convoi radioactif" prise par une décision de justice à l'initiative de deux filiales d'Orano.



En réponse à l'opération de Greenpeace, le groupe nucléaire a assuré respecter la réglementation sur Twitter.

L'EPR de Flamanville dans le viseur


Un autre symbole est visé par Greenpeace : l'EPR de Flamanville. Le Rainbow Warrior y fera étape dans la journée "pour rappeler les déboires de l'EPR de Flamanville" indique l'ONG. “Avec un prix qui a triplé et une mise en service sans cesse reportée (a minima à 2022), l'EPR de Flamanville est le symbole de l'échec industriel du nouveau nucléaire français et la preuve vivante que le nucléaire est une énergie du passé” souligne le Cherbourgeois Yannick Rousselet, chargé de campagne nucléaire chez Greenpeace.

En conclusion, l'organisation réclame "l'arrêt du retraitement pour réduire la production de déchets nucléaires" ainsi que "l'arrêt immédiat du chantier de l'EPR de Flamanville". Greenpeace a lancé un appel à signer une lettre ouverte destinée à Elisabeth Borne, la Ministre de la Transition écologique et solidaire pour que la France cesse "d'être la poubelle du nucléaire" selon les mots employés par l'organisation.


AUDIO - Yannick Rousselet, chargé de campagne nucléaire à Greenpeace

Yannick Rousselet

Galerie photos
Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article
Envoi en cours...
En direct
Lire les journaux
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Cherbourg. "Déchets nucléaires : ça déborde" : Greenpeace proteste devant l'usine Orano