Le terminal pétrolier de Grand-Quevilly bloqué par les chauffeurs

Le terminal pétrolier de Grand-Quevilly bloqué par les chauffeurs

Les chauffeurs venus s'approvisionner en carburant ce matin ont trouvé porte close au terminal de Grand-Quevilly. - Illustration

Le
Par : Marie-Charlotte Nouvellon

Ce mardi 30 mai 2017 depuis 3h ce matin, le terminal pétrolier Rubis de Grand-Quevilly, près de Rouen (Seine-Maritime) est bloqué par les chauffeurs. Une mobilisation qui prend part à un mouvement national de grève de chauffeurs transportant des produits dangereux.

Les chauffeurs de camion-citerne venant s'approvisionner au terminal Rubis de Grand-Quevilly (Seine-Maritime) ont trouvé porte close ce mardi 30 mai 2017. Depuis 3h ce matin, les grévistes de la CGT transports en bloquent l'accès.

Blocage d'un point stratégique

"Nous n'avons rien contre rubis mais c'est un point stratégique, explique Luc Gaffet, chauffeur mobilisé sur le barrage. Il y a énormément de camions qui viennent y charger des hydrocarbures. Ceux qui attendaient devant ont été renvoyés vers d'autres points, notamment de la région parisienne mais qui sont bloqués aussi et ils sont revenus bredouille."

Pour le moment, pas de pénurie à prévoir en Normandie, mais si le mouvement perdure et s'étend à d'autres dépôts, comme l'espère la CGT Transport, la situation pourrait se compliquer. "Cela peut arriver très vite, trois jours sans livraison et c'est la pénurie", précise Luc Gaffet.

Un mouvement national

Lancé en fin de semaine dernière, ce mouvement national des chauffeurs transportant des produits dangereux porte sur plusieurs points de revendication. "Nous demandons 14 € de l'heure alors que pour le moment le plus haut est à 10 € brut, un treizième mois conventionnel et un repos de 45 heures incompressible", détaille Luc Gaffet.

"Nous voulons aussi une journée qui ne dépasse pas les 10 heures. Aujourd'hui, une dérogation européenne autorise les 12 heures mais les patrons les dépassent allégrement et je vous laisse imaginer les dangers que cela crée avec des chauffeurs complétement crevés, qui deviennent des bombes roulantes si l'on peut dire."

Lundi 29 mai 2017, le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, a rencontré le Premier ministre Édouard Philippe. On ne sait pour le moment pas si des négociations se sont engagées sur ce point.

A l'heure actuelle, une partie des chauffeurs de Grand-Quevilly sont envoyés au Havre "mais la raffinerie normande n'est pas aussi bien dotée au niveau des postes de chargement qu'ici, cela risque de vite saturer", assure Luc Gaffet.


Réactions

mauvaisélève

30 mai 2017 , 12:07
La CGT ruine l'économie française à grands pas. Alors que la France compte plus de 3 millions de gens sans emploi, près de 10 millions de gens très modestes et plus de 100 000 personnes vivant dans la rue, la CGT se permet de bloquer l'économie française qui a tant besoin d'activité. Que les chauffeurs manifestent et expriment leur désarroi c'est une bonne chose, mais qu'ils bloquent l'économie, c'est honteux. La CGT est un syndicat ennemi des travailleurs et l'allié objectif des grands groupes financiers. Les grands groupes CAC 40 et financiers de haut vol n'ont rien à craindre de la pénurie ; par contre les gens modestes vont encore morfler. Les gros vont s'enrichir et les petits crever.
Signaler un contenu illicite
Réagir

1234
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques