En ce moment : Espresso - Sabrina CARPENTER Ecouter la radio

En ce moment
abonnement

Air France: grève à partir de samedi du personnel de cabine

Les hôtesses et stewards d'Air France sont appelés à la grève samedi pour trois jours, essentiellement contre un projet de filiale qui menace à terme leurs emplois et conditions de travail, selon les syndicats à l'origine du mouvement.

Air France: grève à partir de samedi du personnel de cabine
La précédente grève, menée l'été dernier également par cinq syndicats, avait conduit Air France à supprimer 1.400 vols en une semaine - ERIC PIERMONT [AFP/Archives]

La compagnie aérienne a assuré en fin de matinée prévoir peu de perturbations, avec le maintien de 98% de vols malgré une mobilisation de 29% des personnels de cabine, à la suite des préavis du SNPNC/FO, de l'Unsa-PNC et de trois organisations non représentatives (CFTC, SUD-Aérien, SNGAF).

Dans un communiqué, Air France n'exclut pas "des annulations et des retards de dernière minute" et prévient que "des difficultés dans la composition des équipages" pourraient la conduire à limiter le nombre de passagers par vol.

La précédente grève, menée l'été dernier également par cinq syndicats, avait conduit la compagnie à supprimer 1.400 vols en une semaine (jusqu'à 20% de vols annulés par jour), soit une perte évaluée à 90 millions d'euros.

Cette fois, les 13.500 personnels navigants commerciaux (PNC) d'Air France sont appelés à la mobilisation contre un projet d'accord collectif amené à régir leurs conditions de travail, de rémunération et d'avancement pour la période 2017-2021.

Le texte a été signé par l'Unac, qui ne dispose cependant pas de la majorité nécessaire pour le rendre applicable. Il est refusé par les deux autres syndicats représentatifs, le SNPNC et l'Unsa, qui le jugent "dégradé" par rapport à l'accord actuellement en vigueur.

Mais la grève est surtout dirigée contre le projet "Boost" de nouvelle compagnie, filiale d'Air France, que la direction du groupe aérien espère concrétiser prochainement.

'Mauvaises intentions'

L'entreprise veut transférer sur "Boost" (nom provisoire) les lignes moyen et long-courriers actuellement non rentables sur Air France, voire ouvrir de nouvelles routes, grâce à des coûts d'exploitation moindres.

Son modèle économique repose principalement sur l'embauche de PNC rémunérés "au prix du marché", c'est-à-dire 40% moins cher que dans la compagnie tricolore historique, dont "20% portant sur la rémunération et 20% liés à des efforts de productivité", précise la direction d'Air France.

Les syndicats de PNC d'Air France, pas associés aux négociations sur "Boost", redoutent que l'activité d'Air France soit aspirée progressivement au profit de la filiale à coûts réduits, malgré les garanties apportées par la direction.

Dans un accord à durée indéterminée, "Air France s'engage à ce que cette nouvelle compagnie filiale à 100% d'Air France (...) n'exploite pas plus de 10 avions long-courrier et 18 avions moyen-courrier". Le texte exclut par ailleurs toute "mobilité contrainte" d'Air France vers "Boost".

Pourtant, le SNPNC et l'Unsa restent persuadés que les garanties proposées seront remises en cause dans quatre ans, quand l'accord collectif des PNC d'Air France arrivera à échéance et "au moment où les premiers résultats de Boost tomberont".

Alors que la masse salariale d'Air France sera "encore plus lourde" et ses avions "vieillissants", les PNC de la compagnie historique "se verront contraints de baisser leur salaire ou de travailler aux conditions Boost", prédisent les deux syndicats.

Ils réclament un "accord collectif non dégradé et très long (plus de 5 ans ou à durée indéterminée)".

Mais la direction "ne veut absolument pas", preuve "qu'elle a de mauvaises intentions" pour la suite, assure à l'AFP Christophe Pillet (SNPNC).

L'été dernier, déjà, c'est le manque de confiance envers la direction qui avait principalement motivé la grève de sept jours initiée par le SNPNC et l'Unsa.

Alors que l'entreprise proposait de reconduire l'accord d'entreprise quasiment à l'identique, pour 17 mois, les syndicats la soupçonnaient de vouloir ensuite utiliser "le moindre retournement de tendance" pour reprendre les négociations, un an plus tard, avec des exigences beaucoup plus élevées.

Galerie photos
Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Pour aller plus loin
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Petites Annonces
Immobilier
Urgent vend maison
Urgent vend maison Ernes (14270) 241 000€ Découvrir
Charmant et spacieux studio
Charmant et spacieux studio Vence (06140) 770€ Découvrir
Beaulieu
Beaulieu Caen (14000) 0€ Découvrir
MAISON BREHAL
MAISON BREHAL Bréhal (50290) 400€ Découvrir
Automobile
Peugeot Partner Totem Clim 1,6l HDI 16V 75 ch
Peugeot Partner Totem Clim 1,6l HDI 16V 75 ch Val-d'Arry (14210) 4 500€ Découvrir
Caravane GRUAU Tradition 40 CP
Caravane GRUAU Tradition 40 CP Rouen (76000) 2 500€ Découvrir
Renault Megane
Renault Megane Coutances (50200) 2 000€ Découvrir
Vends Mercedes Classe A
Vends Mercedes Classe A Argences (14370) 29 000€ Découvrir
Bonnes affaires
A SAISIR CONGELATEUR 311 L WIRLPOOL
A SAISIR CONGELATEUR 311 L WIRLPOOL Bruc-sur-Aff (35550) 200€ Découvrir
Perdu pendendif
Perdu pendendif Petit-Couronne (76650) 0€ Découvrir
Vends machine à coudre ancienne à pédale
Vends machine à coudre ancienne à pédale Bonsecours (76240) 50€ Découvrir
Colonne de salle de bain
Colonne de salle de bain Rouen (76000) 120€ Découvrir
L'application mobile de Tendance Ouest
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
Jeux : Gagnez votre enceinte JBL PartyBox Encore
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
Air France: grève à partir de samedi du personnel de cabine