En ce moment : Lemon tree - FOOLS GARDEN Ecouter la radio

En ce moment
abonnement

Béthune (France) (AFP). Les "Charitables" de Béthune, ces hommes qui enterrent les morts bénévolement

Depuis le XIIe siècle, d'énigmatiques hommes habillés de noir, bicorne et gants blancs, défilent dans les rues de Béthune: la confrérie des "Charitables" enterre hommes et femmes, qu'ils soient riches ou pauvres, avec des gestes séculaires.

Béthune (France) (AFP). Les "Charitables" de Béthune, ces hommes qui enterrent les morts bénévolement
Des membres de la confrérie des "Charitables", le 12 octobre 2016 devant l'église Saint-Vaast de Béthune dans le Pas-de-Calais - AFP

"C'est une institution dans la ville. Au moment des enterrements, ils sont toujours là, c'est une confrérie remarquable", explique Marie-France, Béthunoise de 63 ans, alors que passent devant elle une centaine de Charitables lors de la procession de la Saint-Eloi.

"Qu'on soit jeune, beau, riche, indigent, croyant, pas croyant, c'est rassurant de se dire qu'on sera accompagné dans la mort par eux", glisse-t-elle.

L'une des plus anciennes confréries de France puise son origine dans une terrible épidémie de peste noire qui endeuilla la région en 1188. Selon la légende, Gauthier de Béthune et Germon de Beuvry, deux maréchaux-ferrants, se rencontrèrent devant une source entre les deux villes voisines et obéirent à l'injonction de Saint-Eloi, patron des forgerons, "leur demandant de fonder une confrérie afin d'enterrer tous les morts".

Ainsi, "depuis cette date, tous les défunts de Béthune et de Beuvry sont portés par les charitables à leur dernière demeure", comme l'indique une plaque célébrant cette légende devant la source. A la suite d'un conflit avec l'évêque d'Arras au milieu du XIXe, ils choisirent d'être laïcs.

Bénévolement, ingénieurs, commerçants, retraités ou encore avocats revêtent le "grand noir", un mantelet à large col plissé dans le dos ainsi qu'une petite cravate, et participent au transport des défunts lors de la quasi-totalité des funérailles, les pompes funèbres prenant en charge le cercueil et la fosse.

- "Trempés jusqu'aux os" -

Frédéric, 44 ans, industriel souvent en déplacement professionnel, prend le temps "d'aider les autres", en troquant la tenue de charitable lors de ses jours de repos. "Nous apportons un réconfort dans le deuil et nous faisons voir que la personne a une importance pour tout le monde", assure ce solide gaillard, comme le sont nombre de charitables.

Dans les années 1970, les charitables étaient en déclin à Béthune, explique M. Vaillant, 73 ans, dont 47 passés dans la confrérie. "A l'époque, on n'était plus que dix", contre une cinquantaine aujourd'hui et environ 500 si l'on compte toutes les confréries actives dans la région.

Comme beaucoup de membres, il a intégré les "corbeaux" car un aïeul en faisait partie. "On accompagne les familles, on pousse un corps et un jour, c'est la confrérie qui me portera", dit-il, fataliste. "Mais le plus dur, ce sont les bébés, c'est toujours difficile de pousser le petit cercueil blanc".

Depuis huit siècles, ces hommes répètent les mêmes gestes et prononcent inlassablement les mêmes paroles. Devant l'église, les Charitables, généralement onze par service, lèvent le corps du fourgon funéraire, l’amènent dans le choeur et assistent à la messe. Puis, ils mettent le cercueil sur une charrette et conduisent le défunt au cimetière où il sera mis en terre.

"Requiescat in pace", disent-ils d'une seule voix, avant de quitter le cimetière. Là, ils se retrouvent "au rond", un cercle peint à l'entrée de tous les cimetières de Béthune. L'un des onze, le "chéri", fait ses remarques au prévôt quant aux éventuelles manquements aux règles. Un "bouquet" (une amende de 50 centimes) peut être distribué, par exemple pour ne pas avoir ôté au bon moment le bicorne.

Dans cette ville de 25.000 habitants de l'ancien bassin minier, les habitants sont souvent admiratifs devant le dévouement de ces hommes. "Parfois, on les voit dans le froid, trempés jusqu'aux os et ils font malgré tout leur service, c'est encore plus touchant", explique Arnaud, l'un d'entre eux.

Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Pour aller plus loin
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Petites Annonces
Immobilier
Urgent vend maison
Urgent vend maison Ernes (14270) 241 000€ Découvrir
Charmant et spacieux studio
Charmant et spacieux studio Vence (06140) 770€ Découvrir
Beaulieu
Beaulieu Caen (14000) 0€ Découvrir
MAISON BREHAL
MAISON BREHAL Bréhal (50290) 400€ Découvrir
Automobile
Peugeot Partner Totem Clim 1,6l HDI 16V 75 ch
Peugeot Partner Totem Clim 1,6l HDI 16V 75 ch Val-d'Arry (14210) 4 500€ Découvrir
Caravane GRUAU Tradition 40 CP
Caravane GRUAU Tradition 40 CP Rouen (76000) 2 500€ Découvrir
Renault Megane
Renault Megane Coutances (50200) 2 000€ Découvrir
Vends Mercedes Classe A
Vends Mercedes Classe A Argences (14370) 29 000€ Découvrir
Bonnes affaires
A SAISIR CONGELATEUR 311 L WIRLPOOL
A SAISIR CONGELATEUR 311 L WIRLPOOL Bruc-sur-Aff (35550) 200€ Découvrir
Perdu pendendif
Perdu pendendif Petit-Couronne (76650) 0€ Découvrir
Vends machine à coudre ancienne à pédale
Vends machine à coudre ancienne à pédale Bonsecours (76240) 50€ Découvrir
Colonne de salle de bain
Colonne de salle de bain Rouen (76000) 120€ Découvrir
L'application mobile de Tendance Ouest
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
Jeux : Gagnez votre enceinte JBL PartyBox Encore
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
Béthune (France) (AFP). Les "Charitables" de Béthune, ces hommes qui enterrent les morts bénévolement