En ce moment : HAVANA - CAMILA CABELLO Ecouter la radio

Migrants: la Manche de plus en plus meurtrière avec l'arrivée de l'hiver

France-Monde. Londres a jugé vendredi "inacceptable" le nombre de traversées illégales de la Manche par des migrants depuis la France, qui a atteint un millier jeudi - un nouveau record - alors que le bilan humain s'est encore alourdi.

Migrants: la Manche de plus en plus meurtrière avec l'arrivée de l'hiver
Un gendarme maritime recherche des migrants tentant de traverser la Manche, le 12 août 2021 - FRANCOIS LO PRESTI [AFP/Archives]

Deux migrants naufragés ont signalé jeudi matin la disparition en mer de trois de leurs camarades, après avoir été secourus par une vedette de la gendarmerie française.

Ils avaient tentés la traversée de ce détroit, étroit mais rendu très dangereux par la densité du trafic, le vent, les courants et la basse température de l'eau, sur des kayaks, retrouvés à la dérive au large de Calais, a expliqué la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord dans un communiqué.

Les recherches, interrompues jeudi à la tombée du jour, ne reprendront pas vendredi, selon la préfecture maritime.

Selon le ministère britannique de l'Intérieur, le nouveau drame est survenu alors qu'un millier de migrants ont traversé la Manche jeudi, un nouveau record.

"Le nombre de migrants illégaux qui sont partis de France (jeudi) est inacceptable", a déclaré un porte-parole du ministère.

"Le public britannique en a assez de voir des gens mourir alors que des groupes criminels sans pitié profitent de leur misère", a-t-il ajouté, affirmant que le controversé projet de loi réformant le système d'asile, en cours d'adoption, "réparera le système cassé qui encourage les migrants à faire ce trajet mortel".

Cette réforme prévoit de traiter différemment les demandeurs d'asile selon qu'ils soient arrivés dans le pays légalement ou illégalement.

L'envolée des traversées migratoires à bord de petites embarcations attise depuis des mois les tensions entre Londres et Paris, les autorités britanniques estimant insuffisants les efforts entrepris côté français pour les empêcher malgré le versement d'aides financières.

Entre janvier et fin septembre, 29.360 migrants (éventuellement comptés plusieurs fois) ont emprunté cette voie migratoire, 15.553 réussissant à rallier les côtes anglaises, selon la préfecture du Pas-de-Calais.

Particularité de l'année 2021: les traversées ne ralentissent pas malgré l'approche de l'hiver.

"Une offre importante des passeurs"

Le mois de novembre a été très meurtrier pour les migrants qui tentent, parfois avec des moyens très rudimentaires, de rallier l'Angleterre.

La semaine dernière, le corps d'un migrant avait été retrouvé dans une petite embarcation remplie d'eau sur une plage du Pas-de-Calais, au côté de deux autres migrants en état d'hypothermie sévère. La veille, un autre migrant avait trouvé la mort et un porté disparu alors que près de 800 personnes avaient été secourues dans le détroit.

Les nouvelles disparitions portent à trois morts et quatre disparus le bilan des tentatives de traversées de la Manche en 2021.

En 2020, six personnes y avaient trouvé la mort et trois portées disparues, après quatre morts en 2019.

Deux migrants sont par ailleurs décédés cet automne à terre près de Calais.

Auparavant, "on observait une diminution des tentatives de traversées avec la baisse des températures", résumait la semaine dernière un officier de communication de la préfecture maritime.

"D'habitude, en début d'hiver les populations d'exilés baissent mais là ce n'est pas le cas, il y a au moins 1.000 migrants à Grande-Synthe et environ 1.500 à Calais, plus des groupes de 200 ou 300 personnes qui vont et viennent sur le littoral", constate le président de l'association l'Auberge des migrants, François Guennoc.

"Les tarifs (des traversées en "small boats", ndlr) ont tendance à baisser avec une offre importante et très organisée des passeurs, autour de 2.000 euros par passager", explique M. Guennoc, pour qui "les conditions de survie très difficiles à Calais du fait des pressions sur les associations, des expulsions permanentes, pousse les gens à prendre des risques".

Un contexte qui a conduit trois militants à débuter une grève de la faim, pour réclamer entre autres un moratoire sur les démantèlements de campements de migrants en période hivernale.

Si l'un d'entre eux, un prêtre de 72 ans, a recommencé à s'alimenter le 4 novembre, ses deux compagnons entamaient vendredi leur 33e jour de jeûne, malgré l'intervention d'un médiateur du gouvernement français.

Galerie photos
Recevez l'actualité gratuitement
Réagir à cet article
Envoi en cours...
En direct
Jeu-Concours : devinez qui sera élue Miss France 2022
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
Migrants: la Manche de plus en plus meurtrière avec l'arrivée de l'hiver