En ce moment : DEMONS - ANGELE Ecouter la radio

Manche. Une hausse des violences conjugales constatée depuis la Covid-19

Violence. C'est une tendance à la hausse depuis le confinement : le nombre de violences conjugales a augmenté de 20 % ces neuf derniers mois par rapport à 2019 dans le département de la Manche, d'après les chiffres de la préfecture du mardi 15 septembre. A Cherbourg-en-Cotentin, le Centre d'hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) Louise-Michel en a fait les frais et a reçu plus de femmes que d'habitude, victimes de violences, sur fond d'alcool. 

Manche. Une hausse des violences conjugales constatée depuis la Covid-19
Le Centre d'hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) Louise-Michel à Cherbourg-en-Cotentin a vu une augmentation du nombre de femmes victimes de violences conjugales en 2020.

Alors que la préfecture de la Manche a annoncé mardi 15 septembre une hausse du nombre de violences conjugales de 20 % ces neuf derniers mois dans le département par rapport à 2019, le Centre d'hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) Louise-Michel à Cherbourg-en-Cotentin a vu aussi une augmentation du nombre de femmes depuis le confinement (36 femmes accueillies en situation urgente depuis le confinement et 26 enfants). "Effectivement, le fait de vivre ensemble en vase clos en permanence, ça accroît les tensions, mais le passage à l'acte est souvent déclenché par l'alcool", explique Anne-Florence Passilly, cheffe de service au CHRS.

Anne-Florence Passilly

Le plus dur pour ces femmes, c'est parfois de se rendre compte qu'elles vivent une situation "anormale". Jessica, 43 ans, l'a réalisé en découvrant, à la télé, le témoignage d'autres femmes dont le conjoint était agressif. "Une peur tout d'un coup qui fait qu'à la dernière dispute, on se dit, 'ça va aller trop loin…'", témoigne cette résidente arrivée au CHRS le 28 juillet, après avoir subi des violences psychologiques sur fond d'alcool de son ex-compagnon, qu'elle s'est résolue à quitter. "C'est une nouvelle vie qui démarre, avec des projets de voyages", sourit Roselyne, 69 ans, résidente depuis le 4 juin dernier et sur le départ pour la région parisienne. Son premier voyage ? "La Thaïlande." Un séjour résolument plus calme que les dix dernières années de sa vie… "Mon mari me criait dessus du matin au soir. À la fin, je me laissais mourir", confie-t-elle.

Jessica

Les femmes victimes de violences conjugales (physique, économique, psychologique…) peuvent appeler le Centre d'hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) Louise-Michel 24h/24 et être hébergée en urgence ou bien sur plusieurs mois, le temps de se reconstruire… Dans la Manche, deux centres d'hébergement réservés aux femmes existent, à Saint-Lô et à Avranches.

Galerie photos
Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Manche. Une hausse des violences conjugales constatée depuis la Covid-19