En ce moment : I'M GOOD (BLUE) (FEAT. BEBE REXHA) - DAVID GUETTA Ecouter la radio

Creully. Calvados : condamné pour les conséquences d'une jalousie maladive

Dès le début de leur vie commune en 2013, un homme se montre jaloux de sa nouvelle compagne d'une manière excessive. De surveillances assidues en brimades, arrivent les violences. Il a été jugé pour ces faits le mardi 23 mai 2017 par le tribunal de grande instance de Caen (Calvados).

Creully. Calvados : condamné pour les conséquences d'une jalousie maladive
Dans les couloirs du tribunal de grande instance de Caen (Calvados). - Joëlle Briant

Mardi 23 mai 2017, le tribunal de grande instance de Caen (calvados) a jugé un trentenaire pour violences conjugales commises de novembre 2013 à mars 2014 à Creully, à 20 km au nord-ouest de Caen.

Jalousie maladive

En 2013, une femme en instance de divorce, mère de famille, emménage avec son nouveau compagnon. Très rapidement celui-ci dévoile un trait de caractère frôlant la paranoïa. Il est jaloux de façon chronique et à l'excès.

La jeune femme doit avoir des contacts avec le père de ses enfants, pour organiser leurs vies, l'homme ne le supporte pas et la suit dès qu'elle téléphone. Lorsqu'elle va déposer les enfants chez leur père, il la chronomètre. Cela ne doit pas durer plus de sept minutes sous peine d'une terrible scène. Il lui arrive de taper à coups de poing dans son pare-brise, la jugeant sans doute en retard ce jour-là.

"On se disputait"

En mars 2014, la paranoïa du prévenu atteint un paroxysme. Il la force à aller dans la chambre en la trainant dans l'escalier et l'oblige à adresser un message à son ex, lui maintenant si fort le téléphone que cela provoque un hématome au niveau de l'oreille. Après quoi il la maintient au sol, lui arrachant ses vêtements et son soutien gorge.

Durant l'enquête, l'homme reconnait certains faits en les minimisant. "On se disputait, alors je l'ai entrainée dans la chambre, à cause des enfants".

Violence extrême

Le procureur parle de violences extrêmes, dans les faits et dans la manière de vivre imposée à la victime. Il requiert une peine d'incarcération avec sursis qu'il espère dissuasive.
Le prévenu écope de 3 mois de prison avec sursis et de 300 euros d'amende.

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Creully. Calvados : condamné pour les conséquences d'une jalousie maladive