En ce moment : HITS and NEWS RADIO - TENDANCE OUEST Ecouter la radio

Saint-Vigor-le-Grand. Calvados : violences conjugales ou scènes de ménage musclées ?

Mercredi 22 mars 2017, le tribunal de grande instance de Caen (Calvados) a jugé un jeune homme accusé par sa compagne de violences conjugales commises le mardi 27 décembre 2016 à Saint-Vigor-le-Grand, près de Bayeux.

Saint-Vigor-le-Grand. Calvados : violences conjugales ou scènes de ménage musclées ?
L'affaire de violences conjugales a été mise en délibéré au mercredi 29 mars 2017 au tribunal de grande instance de Caen (Calvados). - Joëlle Briant

Un jeune homme âgé de 19 ans, condamné par deux fois pour violences conjugales, a comparu le mercredi 22 mars 2017 pour les mêmes motifs devant le tribunal de grande instance de Caen (Calvados) Seulement, cette fois-ci, il conteste les dires de sa compagne qui le mettent en cause.

Tentative de strangulation ou affabulation?

La victime porte plainte car lors d'une énième dispute le mardi 27 décembre 2016, à leur domicile de Saint-Vigor-le-Grand (Calvados), près de Bayeux, son conjoint aurait exercé des violences à son encontre. Très excité, il a retourné les tiroirs puis brandi une chaise dans sa direction. Suite à quoi il l'a saisie par le bras et lui a serré le cou en tentant de l'étrangler.

Et de fait, le certificat médical fait bien état d'ecchymoses au niveau du cou mais le prévenu, qui admet s'être énervé, conteste formellement avoir essayé de l'étrangler. Sa version à lui est qu'elle a dû s'infliger elle-même ces lésions dans le but de le faire accuser.

Le procureur, tenant compte de la réitération des faits et peu sensible aux dénégations du prévenu, requiert six mois de prison ferme. "Il faut que ça s'arrête car il y a un enfant! Vous devez à tout prix comprendre que la violence ne résout rien!"

La victime vraiment du genre impressionnable?

L'avocat de la défense évoque un couple habitué à se crier dessus et vivant visiblement des incidents réguliers. Une thérapie a bien été débutée mais la femme a cessé de s'y rendre.

"Des témoins disent avoir vu la "victime" saisir un fer à repasser par le fil et le faire tourner devant son compagnon. Il lui arrive de cacher son portable. Lors de scènes, elle n'hésite pas à se saisir d'une paire de ciseaux. Ces témoignages ne dépeignent pas une femme impressionnable. Mon client ne conteste pas l'avoir attrapée par le bras, ce qu'il conteste c'est de l'avoir saisie par le cou."

"Ils sont aujourd'hui séparés et c'est tant mieux. Cet homme a repris son autonomie et est parfaitement inséré socialement."

L'affaire est mise en délibéré au mercredi 29 mars 2017.

Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Saint-Vigor-le-Grand. Calvados : violences conjugales ou scènes de ménage musclées ?