En ce moment : TOUT SAVOIR - ADE Ecouter la radio

Le Bény-Bocage. Calvados : par SMS, il abreuve son ex-compagne de menaces de mort

Un quinquagénaire ne se remet pas du comportement de sa compagne qui, après l'avoir trompé, le quitte pour son amant. À partir de là, il va multiplier les menaces de mort quasi quotidiennement de 2016 à janvier 2017. Il a dû s'en expliquer devant le tribunal de grande instance de Caen (Calvados) le jeudi 16 février 2017.

Le Bény-Bocage. Calvados : par SMS, il abreuve son ex-compagne de menaces de mort
Son ex compagne recevait des SMS malveillants très régulièrement, après l'avoir quitté. - Pixabay

Jeudi 16 février 2017 un homme âgé de 52 ans a comparu devant le tribunal de grande instance de Caen (Calvados) pour menaces de mort réitérées au Bény-Bocage et Potigny. Mis en garde à vue le 3 janvier dernier il est placé sous contrôle judiciaire le lendemain.

Abreuvée de textos menaçants

Au bout de six années de vie commune, les relations du couple se dégradent. La femme quitte son conjoint pour aller vivre avec son amant. Le moins que l'on puisse dire c'est que l'homme vit très mal cette séparation. Dépressif, il mélange alcool et médicaments et abreuve son ex de textos et de messages téléphoniques menaçants : "J'ai des copains, j'ai peur de rien. On va te crever, profite bien car le jour arrive. Je n'ai plus rien à perdre" La victime effrayée porte plainte car l'homme est chasseur et possède des armes.

Placé sous contrôle judiciaire

En garde à vue, le mardi 3 janvier 2017, l'individu se montre agité et très énervé au point d'être placé sous contrôle judiciaire. L'expertise psychiatrique dépeint quelqu'un de psychorigide, sans altération du discernement.

À la barre, calmé, il reconnaît tous ses torts. Le ministère public requiert 2 mois de prison avec sursis, un peu inquiet toutefois que le prévenu vive à moins de deux kilomètres de la victime. "Attention, à la moindre difficulté, ce sursis peut être révoqué !" "On ne se croise jamais, rassure l'homme, j'ai tiré un trait."

Prévenu lésé

La défense admet qu'il n'y a aucune légitimité à passer le cap des menaces de mort. Elle rappelle néanmoins que son client a investi beaucoup d'argent dans cette relation et qu'il a été lésé. "C'est un gros travailleur. Il élève 150 bêtes et effectue au bas mot 90 heures par semaine. Elle a su tirer profit de cette situation."

L'homme écope de 3 mois de prison avec sursis en guise d'avertissement solennel. Fusils et cartouches sont réquisitionnés.

Galerie photos
Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Le Bény-Bocage. Calvados : par SMS, il abreuve son ex-compagne de menaces de mort