En ce moment : RESPIRE ENCORE - CLARA LUCIANI Ecouter la radio

Le Pin-au-Haras. Et si le monde découvrait que l'Orne est le pays du cheval…

Equitation. L'Orne est le premier département en France pour l'élevage des trotteurs. Le Pin rêve d'être la première destination rurale thématique de France. Une fierté pour les professionnels du cheval et l'avenir de la filière ?

Publié le 17/05/2021 à 10h00 - Par Eric Mas
Le Pin-au-Haras. Et si le monde découvrait que l'Orne est le pays du cheval…
Le championnat d'Europe de concours complet d'équitation sera disputé au Haras du Pin, en 2023.

"Il n'y a jamais eu autant d'argent investi ici depuis Louis XIV", plaisante Sébastien Leroux, directeur du développement du Haras du Pin. Le Roi Soleil avait besoin de chevaux pour ses armées, il a demandé à Colbert de construire un haras là où le terroir serait le meilleur du royaume. Ainsi est né le Pin, il y a 300 ans. Les premiers étalons y sont arrivés en 1717. Napoléon en a fait l'un des principaux centres de reproduction équin. Mais à l'époque contemporaine, l'armée n'a plus besoin de chevaux et le site a sombré dans la désuétude. Les Haras nationaux ont cessé leur fonction de reproduction équine en 2013. Deux ans plus tard, un établissement public administratif était créé pour donner un nouvel essor au site, désormais tourné vers trois axes : le sport, le tourisme et la culture, avec un objectif ambitieux : faire du Pin la première destination rurale thématique de France. Le projet va coûter plus de 15 millions d'euros.

Pôle international de sports équestres

Les jours de compétitions au Haras du Pin passeront de 159 en 2020 à 209 en 2022, dont certains de niveau mondial. 300 box en dur vont accueillir les chevaux dans un environnement haut de gamme, autour de cours gazonnées et d'allées arborées. Quatre nouvelles carrières de grandes dimensions seront créées pour les compétitions d'attelage et de complet, ainsi qu'un bâtiment d'accueil pour les professionnels. Tout doit être prêt en 2022, le Pin étant site de préparation pour les compétiteurs des Jeux Olympiques de Paris 2024. Ce vaste chantier devrait inciter des groupes hôteliers à s'implanter sur le site et permettre de développer le tourisme d'affaire. Mais le Pin veut rester accessible à tous les publics, avec également de l'hébergement en gîte ou en cabanes dans les arbres, de la restauration, des activités de plein air. Sport et tourisme seront alors complémentaires. Tous ces projets, financés par le Département de l'Orne et la Région Normandie, pourraient être confortés par un courrier récent du préfet de la Région Normandie, qui a proposé de céder le Haras du Pin pour 1 euro symbolique au Conseil départemental de l'Orne. La somme peut sembler dérisoire, mais l'État a pris en compte les investissements importants déjà consentis par les collectivités dans la restauration et l'entretien du Haras du Pin. D'où cette proposition, faite dans le cadre du Plan de relance, "pour favoriser l'essor économique et touristique du département", a expliqué la préfète de l'Orne.

Une vitrine pour l'Orne

Le Pin est déjà le lieu le plus visité dans l'Orne, par 150 000 touristes annuellement. Mais l'énorme chantier qui débute doit amplifier l'image équestre de l'Orne pour conforter cette filière, alors que le département est le premier en France pour l'élevage des trotteurs, le deuxième pour les galopeurs et le troisième pour le cheval de sport. Pari ambitieux : si demain, quand on parlera de cheval, on ne pensait plus à Deauville ou à Chantilly, mais à l'Orne et au Pin ? Ce sont les portraits de quelques-uns des discrets acteurs de cette filière qui illustrent cette enquête.

 

Pour aller plus loin
Réagir à cet article
Envoi en cours...
En direct
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Le Pin-au-Haras. Et si le monde découvrait que l'Orne est le pays du cheval…