Déséquilibre régional : les inquiétudes du collectif "Nous sommes Guillaume"

Déséquilibre régional : les inquiétudes du collectif "Nous sommes Guillaume"

Sylvie Morin-Mouchenotte, bâtonnier de l'Ordre des avocats de Caen, Michel Collin, président de la CCI Caen-Normandie, André Festou, président de la CPME du Calvados et Philippe Nantermoz, directeur général de Legallais, tous membre du collectif, espèrent un rééquilibrage rapide.

Le
Par : Noémie Lair

Le collectif "Nous sommes Guillaume" s'inquiète des récentes décisions prises par l'État. Ce mercredi 14 février 2018, il lance à Caen (Calvados) un appel au rééquilibrage en créant une Grande métropole de Normandie.

Le collectif "Nous sommes Guillaume" est né au moment des élections régionales, en 2015. Il réunit des entrepreneurs, des institutions, des membres du monde judiciaire et des associations. Son objectif est alors de s'assurer d'un équilibre des attributions entre les territoires de la future région Normandie. Après la fusion de l'ex-Haute et ex-Basse, la répartition correspondait aux attentes des membres du collectif. Mais depuis quelques semaines, ils craignent un retour en arrière, au profit essentiellement de Rouen.

Un rôle de "vigie"

Le collectif réactive donc son rôle de "vigie". Mercredi 14 février 2018, ils présentaient leurs inquiétudes. La première concerne l'Éducation. Le siège du Crous (Centre national des œuvres universitaires et scolaires), qui devait être installé à Caen, vient finalement de basculer à Rouen. Le collectif craint que ce soit ensuite au tour du rectorat et de l'Université de Normandie.

    • Lire aussi. Front commun contre l'installation du CROUS Normandie à Rouen

Le second sujet concerne les cours d'appel. "Nicole Belloubet, ministre de la Justice, a annoncé qu'il y aurait une cour de référence et une cour de proximité dans chaque région", explique Sylvie Morin-Mouchenotte.

    • Lire aussi. Fusion des cours d'appel de Caen et Rouen : "Il faut maintenir l'équilibre actuel"

À terme, le bâtonnier de l'Ordre des Avocats de Caen craint que la nécessité d'une cour d'appel à Caen soit remise en question. "Cela rendrait l'appel difficile et coûteux or, c'est le droit de tout le monde. La justice doit rester accessible et humaine."

-

Le collectif se pose aussi des questions concernant l'Agence régionale de santé et l'Urssaf (Union de recouvrement des cotisations de sécurité sociale et d'allocations familiales).

Pour Philippe Nantermoz, directeur général de Legallais, "il faut que l'État revienne aux équilibres initiaux".

Une Grande métropole normande

Le collectif appelle à la création d'une Grande métropole normande réunissant Caen, Rouen et Le Havre. "Chacun doit pouvoir se développer avec ses atouts, explique Philippe Nantermoz. Cela sera bénéfique pour notre visibilité nationale et internationale."

"Nous sommes Guillaume" demande une réunion avec la préfète de Normandie, Fabienne Buccio, le président de région, Hervé Morin et les maires des trois grandes agglomérations normandes.

Le collectif espère enfin parvenir à réunir entrepreneurs hauts et bas-normands.

Galerie photos


1234
Votez pour votre groupe préféré Papillons de Nuit
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques