En ce moment : Trop Tot - COBALT Ecouter la radio

En ce moment
abonnement

Paris (AFP). Eagles of Death Metal à Paris: un instant pour se souvenir

"Prenons un instant pour nous souvenir". Trois mois après la tragédie du Bataclan, les Eagles of Death Metal ont fait leur retour mardi soir à Paris, sur la scène de L'Olympia, pour un show placé sous haute sécurité et chargé d'émotion pour le groupe et ses fans.

Paris (AFP). Eagles of Death Metal à Paris: un instant pour se souvenir
Jesse Hughes (C), le chanteur du groupe américain Eagles of Death Metal, avant le début du concert à l'Olympia à Paris, le 16 février 2016 - AFP
Pendant près de deux heures, les "EODM" ont affiché une pure "rock'n'roll attitude" à base de longs solos, de batteries lourdes avec en prime une guitare brisée sur la scène et une émouvante échappée dans le public pour le chanteur en fin de concert. De leur apparition, sur la musique de "Il est cinq heures, Paris s'éveille" de Jacques Dutronc, et à la longue ovation finale, le public, qui comptait de nombreux rescapés de l'attentat, dont certains étaient venus avec des béquilles, a chaleureusement acclamé les musiciens. Même si certains spectateurs ne pouvaient retenir leurs larmes une fois les lumières rallumées. "On va passer un bon moment ce soir, personne ne pourra nous arrêter", a lancé le leader du groupe, Jesse Hughes, qui portait ses habituelles lunettes aux verres roses, le T-shirt noir du groupe et des bretelles rouges. Mais avant de célébrer le rock, le groupe a eu une pensée pour les victimes le temps d'une pause silencieuse au beau milieu du premier titre: "prenons un instant pour nous souvenir, puis on recommencera à jouer", a dit Josh Homme derrière sa batterie. Plus tard, ils dédient un titre au responsable commercial du groupe, tué au Bataclan. "Je vous aime enfoirés, vous n'avez pas idée à quel point", a lancé plusieurs fois Jesse Hughes à la foule. "Vous et moi sommes coincés à présent: je suis devenu parisien. J'avais besoin de vous et vous ne m'avez pas laissé tomber", ajoute-t-il. Celui qu'on a vu pleurer à plusieurs reprises en évoquant la tragédie du Bataclan et a parfois suscité quelques réactions avec ses déclarations pro-armes à feu a choisi de s'en tenir à son rôle de rockeur pur et dur, micro ou guitare à la main, levant son verre à la santé de la salle puis enroulant une écharpe bleu-blanc-rouge autour de son cou. - "Boucler la boucle" - Revenu sur scène avec une guitare électrique là aussi aux couleurs de la France, Jesse Hughes a fini torse nu, et par une longue étreinte avec son ami Josh Homme, absent du concert du Bataclan mais arrivé la veille dans la capitale française pour participer à ce concert particulier. "J'ai vraiment réussi à prendre du plaisir", a dit à l'AFP en quittant le concert sourire aux lèvres, avec ses béquilles, Emmanuel Wechta, 42 ans. "Je n'étais pas venu pour une thérapie mais pour m'amuser et c'est ce que j'ai fait." Pour un autre survivant, Alexis, 26 ans, qui avait pris un siège au balcon à "trois mètres d'une issue de secours", "le concert a été difficile les trois quarts du temps". Il évoque notamment les sons de batterie lui rappelant trop fortement les "bruits des détonations" au Bataclan. "Il a fallu attendre les rappels pour que je m'amuse", ajoute-t-il. Mais il est néanmoins satisfait d'être resté et espère pouvoir retourner à un concert dans les mois qui viennent. A Julien Baratian, 27 ans, le concert a aussi "fait du bien". "C'est une manière de boucler la boucle". Une équipe d'une trentaine de personnes avec des psychologues était présente pendant tout le concert à L'Olympia pour venir en aide aux survivants et à leurs proches. Un périmètre de sécurité d'une ampleur exceptionnelle avait aussi été mis en place aux abords de la salle. Le groupe a repris le week-end à Stockholm la tournée internationale qu'il avait suspendue au lendemain de l'attentat dans lequel ont été tuées 90 personnes pendant son concert au Bataclan. Ils vont jouer en Europe, Amérique du sud, Amérique du nord et Australie. Deux concerts sont encore prévus en France, à Nîmes le 2 mars et à Lille le 7 mars. Pour ce retour, EODM ne propose plus "Kiss the Devil", le titre que le groupe jouait au moment de l'attaque. Eagles of Death Metal souhaite être le premier groupe à rejouer au Bataclan quand la salle pourra rouvrir. Une réouverture espérée fin 2016 après rénovation.
Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Pour aller plus loin
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Petites Annonces
Immobilier
Sud Portugal...
Sud Portugal... Granville (50400) 0€ Découvrir
Saint-Jacut-de-la-Mer (22750) sur camping...
Saint-Jacut-de-la-Mer (22750) sur camping... Saint-Jacut-de-la-Mer (22750) 0€ Découvrir
1 km mer, à louer chalet de 2 personnes, de 17 m² + salle d'
1 km mer, à louer chalet de 2 personnes, de 17 m² + salle d' Gouville-sur-Mer (50560) 0€ Découvrir
Caen, à louer studette meublée, 13 m2
Caen, à louer studette meublée, 13 m2 Caen (14000) 360€ Découvrir
Automobile
Caravane GRUAU Tradition 40 CP
Caravane GRUAU Tradition 40 CP Rouen (76000) 2 500€ Découvrir
Renault Megane
Renault Megane Coutances (50200) 2 000€ Découvrir
Vends Mercedes Classe A
Vends Mercedes Classe A Argences (14370) 29 000€ Découvrir
Tiguan
Tiguan Hérouville-Saint-Clair (14200) 9 900€ Découvrir
Bonnes affaires
Armoire ancienne
Armoire ancienne Caen (14000) 0€ Découvrir
Pots de buis
Pots de buis Caen (14000) 0€ Découvrir
Vide maison
Vide maison Cauvicourt (14190) 0€ Découvrir
Armoire ancienne
Armoire ancienne Caen (14000) 0€ Découvrir
L'application mobile de Tendance Ouest
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
Votre horoscope du samedi 20 avril
Les jeux de Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
Paris (AFP). Eagles of Death Metal à Paris: un instant pour se souvenir