En ce moment : Hips don't lie - SHAKIRA Ecouter la radio

Saint-Étienne-du-Rouvray. Les fous ne sont plus ce qu'ils étaient au Rive gauche

Le pensionnaire de l'Académie française, Elliot Jenicot, interprète un florilège de sketches de Raymond Devos au Rive gauche, à Saint-Étienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), vendredi 8 novembre 2019.

Saint-Étienne-du-Rouvray. Les fous ne sont plus ce qu'ils étaient au Rive gauche
Elliot Jenicot revisite les textes de l'humoriste sans parodier : un vrai challenge, le vendredi 8 novembre 2019, au Rive gauche à Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime). - Émilie Brouchon

C'est en 2016 qu'Elliot Jenicot a imaginé ce spectacle, présenté pendant un mois à l'Académie française. Il y rend un bel hommage à l'humoriste, dont les textes restent intemporels. Il nous raconte la genèse du projet :

Comment est né ce spectacle ?

"C'est une proposition que Muriel Mayette-Holtz, ancienne administratrice de l'Académie française, m'a soumise dans le cadre du cycle des singulis, dans lequel un comédien rend hommage à un auteur. Jusqu'alors, je n'avais jamais eu l'occasion d'interpréter des textes de Devos sur scène. J'ai toujours eu beaucoup d'admiration pour ses textes, mais aussi beaucoup de respect pour cet artiste, à la fois poète et humoriste, que j'avais eu l'occasion de voir sur scène il y a 30 ans. Mais dans ce spectacle, j'ai souhaité davantage rendre hommage à l'auteur plutôt qu'à l'humoriste ou au fantaisiste".

Comment les textes ont-ils été sélectionnés ?

"Ce spectacle est le fruit d'une rencontre entre ses textes et moi. Je me suis procuré trois livres de poches dans lesquels étaient réunis de nombreux sketches de Devos pour m'imprégner de son univers textuel. Le premier sketch qui m'a interpellé était Les fous ne sont plus ce qu'ils sont. Cela m'a donné l'envie de sélectionner des textes en lien avec la folie. Certains sont incontournables comme Qui tuer ?, Mon chien c'est quelqu'un et L'artiste, d'autres n'ont jamais été joués par l'artiste, comme Les fous, qui a été écrit deux ou trois ans avant sa mort, ou La protection des espaces vides".

Comment interpréter des textes de Devos ?

"J'ai voulu travailler ses textes comme on travaillerait du Molière ou du Shakespeare. J'ai eu l'ambition de recréer un univers loin de lui sans pour autant l'oublier ou le bannir. Ce n'est ni une copie, ni une caricature, mais une véritable réappropriation. Je voulais être le porte-parole de ses mots. Je venais du théâtre visuel, donc bien sûr le mime vient ponctuer ces sketches, mais je me suis aussi autorisé à y intégrer ma propre culture musicale. Ce n'est plus du music-hall, c'est beaucoup plus rock'n'roll ! Mon interprétation est à la fois sincère et fantaisiste, nourrie de mes différentes expériences artistiques. Je me raconte aussi à travers ses textes."

Quelle est l'originalité des textes de Devos ?

"Il y a beaucoup de fond dans ses textes, chacun peut y voir sa propre interprétation. Peu de textes ont cette force. Ce sont des sketches qui ne sont pas liés à une époque, mais qui ciblent plutôt des problèmes de fond. C'est ce qui les rend toujours aussi actuels. Au-delà du rire et du jeu de mots, ce qui importe surtout, c'est son incroyable imagination et la musicalité de ses textes."

Vendredi 8 novembre, à 20 h 30 au Rive gauche à Saint-Étienne-du-Rouvray. 6 à 11€. lerivegauche76.fr

Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Saint-Étienne-du-Rouvray. Les fous ne sont plus ce qu'ils étaient au Rive gauche