En ce moment : BRUXELLES JE T'AIME - ANGELE Ecouter la radio

Le-Havre. Coupe de France: Face au PSG, un penalty litigieux brise le rêve des Havraises

Opposée au Paris Saint-Germain, dimanche 27 janvier 2019 au Stade Océane (Seine-Maritime) en 8e de finale de la Coupe de France, l'équipe féminine du Havre AC a livré un match héroïque, avant de céder sur la fin sur un penalty controversé qui a suscité des réactions virulentes (0-1).

Le-Havre. Coupe de France: Face au PSG, un penalty litigieux brise le rêve des Havraises
Un mélange de fierté et de frustration animait les Havraises après leur courte défaite face au PSG - Cyril Capron

Le match

Ils n'ont pas arrêté de chanter pendant tout le match. Des refrains à la gloire du PSG, mais aussi d'Emiliano Sala. Quand ils se mirent à scander le nom de l'ancien attaquant du FC Nantes, dont la disparition plonge le monde du foot dans un chagrin incommensurable, c'est par un tonnerre d'applaudissements qu'ils furent accompagnés. Ils étaient bien 300 supporters du PSG, dimanche 27 janvier 2019 au Stade Océane, pour assister au 8e de finale de Coupe de France entre le HAC et le club de la capitale. On a juste envie de leur dire bravo pour avoir assuré une si chouette ambiance. Comme on a aussi envie de tirer un grand coup de chapeau aux Ciel et Marine. Elles ont en effet opposé à l'ogre parisien une superbe résistance, avant d'être crucifiées en fin de match sur un penalty qu'elles jugent scandaleux.

Des Havraises formidables de courage et de générosité

Face aux tenantes du titre, finalistes de la Ligue des Champions en 2017, la jeune section féminine du HAC, créée il y a cinq ans à peine, a livré un match formidable de courage et de générosité. Les protégées de Thierry Uvenard, quarts de finaliste de l'épreuve la saison passée, ont bien sûr énormément subi, beaucoup souffert, mais elles ont défendu intelligemment, toujours en bloc, ne laissant que très peu d'espaces à leurs redoutables adversaires. Ultra dominatrices, contraignant les Havraises à s'arc-bouter dans leurs vingt-cinq derniers mètres, les Parisiennes n'ont pourtant pas réussi à trouver la faille en première mi-temps, ni même à se créer de réelles occasions, en dehors de quelques frappes lointaines.

Arriver à la pause sur un 0-0 était déjà une performance en soi. On craignait que les Hacwomen ne payent leur débauche d'énergie en seconde période, mais il n'en fut rien. Le PSG exerçait une domination toujours aussi stérile. Ses rares tentatives manquaient, soit de précision, soit de puissance pour inquiéter Brosnan, finalement très peu sollicitée. Le match se résumait à une attaque-défense, mais à ce petit jeu-là, le HAC allait malheureusement craquer sur une décision arbitrale vivement contestée. On ne saura sans doute jamais si Gagnet a touché le ballon de la main, en s'interposant, à terre, sur un centre de Diani. C'est donc ce penalty litigieux, transformé par Katoto, qui a délivré le PSG, provoquant dans les rangs havrais un profond sentiment d'injustice. Et des réactions au vitriol (lire ci-dessous).

Le but

82e : Diani se faufile dans la surface de réparation havraise, côté droit. Au sol, Gagnet contre (de la main ?) le centre de l'internationale française. L'arbitre accorde un penalty, transformé par Katoto.

HAC – PSG : 0-1

La fiche

Arbitre : Mme Efe – 3 000 spectateurs environ

But PSG : Katoto (82e sur pen)

Avertissement PSG : Morroni (47e)

HAC : Brosnan, Policarpo (puis Adjabi, 82e), Davis, Mc Donough (c), Cleverly, Kergal, Thomas, Huaume (puis Leek, 67e), Clark, Heuchan, Gagnet. Ent : Thierry Uvenard

Paris Saint-Germain : Endler, Glas, Morroni, Paredes (c), Berglund, Diallo (puis Maciel Mota, 83e), Geyoro, Katoto, Nadim, Baltimore (puis Zamanian 73e), Diani. Ent : Olivier Echouafni

Les réactions

Thierry Uvenard (entraîneur du HAC) : " On avait bien travaillé et plus les jours avançaient, plus j'étais persuadé qu'on pouvait les tenir en échec. Ça a failli se passer. Malheureusement, la petite dame en orange au milieu en a décidé autrement. C'est le penalty qui me frustre. Peut-être qu'en taclant, elle (Gagnet) touche le ballon de la main, mais faut arrêter les conneries. Le niveau de l'arbitrage, c'était une catastrophe. Les décisions, tu rigoles ! Elles n'ont pas le niveau, elles ne sont pas à la hauteur, tout simplement. L'arbitre de touche, c'est une nana qui arbitre la division 1 district en Basse-Normandie. Y a peut-être une main, je ne dis pas le contraire, mais est-ce qu'il y a danger de but ? Est-ce que ça empêche le ballon de passer ? Est-ce qu'il y a occasion derrière ? Je ne suis pas persuadé. C'est ça qui me gêne un peu. Je trouve que c'est irrespectueux pour les filles et pour le boulot qu'on a fait. "

Vincent Volpe (président du HAC) : " On a tous le même sentiment : ce n'est pas le résultat qui gêne, c'est la façon dont cela s'est décidé par un arbitrage qui n'était pas juste. Peut-être qu'il y avait une faute, mais personne ne l'a vue. Ça me fait mal pour les filles, mais elles ont fait un très grand match. Il faut les féliciter pour tout le courage qu'elles ont montré. "

Recevez l'actualité gratuitement
Réagir à cet article
Envoi en cours...
En direct
Jeu-Concours : devinez qui sera élue Miss France 2022
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Le-Havre. Coupe de France: Face au PSG, un penalty litigieux brise le rêve des Havraises