En ce moment : Flamme - Juliette ARMANET Ecouter la radio

Bayeux. Calvados : la blague de potache se termine au tribunal

À Bayeux (Calvados) dans la soirée du lundi 12 janvier 2015, une simple blague va dégénérer en bagarre, valant à l'un des belligérants neuf jours d'incapacité totale de travail. L'individu mis en cause a été jugé le mercredi 15 novembre 2017 par le tribunal de grande instance de Caen.

Bayeux. Calvados : la blague de potache se termine au tribunal
Le tribunal de grande instance de Caen (Calvados) - Joëlle Briant

Un homme âgé de 35 ans a comparu le mercredi 15 novembre 2017 devant le tribunal de grande instance de Caen (calvados) pour violences suivies d'incapacité supérieure à 8 jours. Les faits ont été commis à Bayeux et datent du mois de janvier 2015.

L'invitation se voit suivie de violences

Vers 22h, ce soir-là, un homme accompagné de deux collègues effectue sa tournée d'éboueur. Se faisant, il aborde la serveuse se trouvant à la terrasse d'un bar pour l'inviter à une soirée. Un peu plus tard, une Peugeot se gare près du camion et un homme en descend se présentant comme l'ami de la jeune femme. Après un bref échange de paroles, l'agent d'entretien lui assène un coup de poing.

Plus tard encore, l'homme revient avec son frère dans une Megane Renault qui bloque le camion-poubelle pour visiblement en découdre. Alors l'homme saute sur la chaussée, brise la vitre arrière de la voiture et porte coup de tête et de poing à l'homme qui s'en tire avec un hématome péri orbital et des fractures de cotes.

"C'était une blague sans méchanceté"

À la barre, le prévenu explique que le malentendu vient de ce qu'il avait invité la jeune femme à une soirée "Jacquie et Michel", du nom d'un site proposant des vidéos pornographiques. "Pour moi c'était une blague sans méchanceté mais elle a été prise pour une proposition indécente et son compagnon m'a ensuite insulté." La procureure estime que la violence n'est pas la bonne réponse à des insultes et requiert 450 euros d'amende.

L'avocat de la défense, quant à lui, sollicite la relaxe. "C'est le collègue de mon client qui a porté les coups les plus violents et sans être poursuivi"

Au final, les violences sont requalifiées en violences contractuelles et l'homme écope de 300 euros d'amende et de 300 euros de préjudice moral.

Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Bayeux. Calvados : la blague de potache se termine au tribunal