En ce moment : CONTROL - ZOE WEES Ecouter la radio

Rouen. [Notre dossier] Pollution: Rouen, une ville qui tousse?

Ce week-end des samedi 11 et dimanche 12 février 2017, Rouen (Seine-Maritime) était encore en alerte pollution aux particules fines. Alors que les pics se multiplient ces dernières semaines, la ville est-elle condamnée à vivre sous un nuage gris?

Rouen. [Notre dossier] Pollution: Rouen, une ville qui tousse?
À Rouen, le niveau de pollution atteint des records depuis près de 10 ans. - Pierre Le Cocq

Rouen, son vieux patrimoine industriel et sa situation en cuvette... Le décor planté semble tout prêt à coller à l'étiquette de ville polluée, que les récents pics de pollution n'ont fait que renforcer. Ces dernières semaines, les alertes aux particules fines se sont multipliées, notamment sous l'effet de l'installation du froid qui entraîne un surchauffage mais aussi une surconsommation des voitures.

Rouen, le mauvais élève de Normandie

En décembre et janvier, l'indice ATMO, qui permet d'exprimer la qualité de l'air respirée pendant une journée sur une agglomération, est jugé de médiocre à très mauvais 40% du temps. "Dans des villes comme Rouen il y a des effets cuvette et donc une moins bonne dispersion de la pollution : on n'a pas l'effet vent de la mer que l'on peut avoir sur Cherbourg ou sur Le Havre" explique Véronique Delmas, directrice d'Atmo Normandie.

Contrairement à d'autres agglomérations comme Paris ou Grenoble, aucune mesure de circulation alternée ou de mise en place de vignette n'a été prise. La préfecture a bien abaissé la vitesse de 20 km/h sur les grands axes mais "changer l'affichage sur un panneau lumineux est hypocrite si l'on ne met pas de policiers derrière pour contrôler", avance Cyrille Moreau, vice-président à la Métropole en charge de l'environnement.

Il assure travailler à la mise en place d'un système de vignettes de circulation restreinte qui pourrait voir le jour en cours d'année. "Si Rouen est en retard, c'est que nous ne voulons pas mettre en place de système discriminant. Nous avons un fort étalement urbain, avec des gens souvent déjà en précarité énergétique qui vivent à l'extérieur et travaillent en coeur de ville. Si on met en place des règles injustes, elles ne seront pas appliquées."

Mieux informer la population

Pourtant, il y a urgence à agir insiste Guillaume Grimal, de l'association Effet de serre toi-même. "Des études montrent qu'au début des années 2000, 64 décès étaient imputables à la pollution atmosphérique sur l'agglomération. En 2012, on en compte 111. Les élus le savent et ils n'ont rien fait !"

Le militant dénonce notamment le manque d'information au moment des pics. "Installer des panneaux pour indiquer aux gens de ne pas courir dans les endroits les plus exposés, comme les quais rive droite, la côte de Bonsecours ou le parc Saint-Ex serait quelque chose de simple à mettre en place."

Mais il y a surtout urgence à agir sur le long terme. "Au moment des pics, tout le monde assure que la pollution, c'est mal, puis chacun retourne à ses habitudes néfastes." L'association milite ainsi pour la création d'un véritable Observatoire de la qualité de l'air, qui permettrait une meilleure information mais surtout un travail cohérent entre les différents acteurs.

Travailler en amont des piques de pollution

"Il est par exemple scandaleux d'augmenter les prix du stationnement pour encourager la rotation alors que cela est synonyme de plus d'émissions, ou de réduire progressivement la part du piéton dans le projet Coeur de métropole, ou celle du vélo dans le tracé du T4. Tout cela manque de cohérence", souligne Guillaume Grimal.

Sur ce point, il est rejoint par Cyrille Moreau. "S'il est important d'agir au moment des pics, le problème principal est le bruit de fond de la pollution que l'on subit tous les jours." Énumérant les grands facteurs de pollution, il explique que la Métropole à son rôle à jouer sur l'utilisation du chauffage à bois - "des aides incitatives aux particuliers pour moderniser leur équipement devraient être votées cette année" - et sur les transports.

"Sur l'agglomération, 80% des transports en voiture ce font sur moins de 5 kilomètres, rappelle Cyrille Moreau. L'enjeu se trouve donc dans le développement du réseau mais aussi "dans le vélo ou la place du piéton".

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Rouen. [Notre dossier] Pollution: Rouen, une ville qui tousse?