En ce moment : Ton invitation - Louise ATTAQUE Ecouter la radio

Calvados : un homme condamné pour injures raciales à Caen

Un homme âgé de 63 ans a comparu le jeudi 24 novembre 2016 devant le tribunal de grande instance de Caen (Calvados) pour injures, menaces et violence envers une personne en raison de ses origines. Les faits datent d'octobre 2015 et ont lieu à Caen.

Calvados : un homme condamné pour injures raciales à Caen
Le tribunal de grande instance de Caen (Calvados) au bord de l'Orne - Joëlle Briant

En octobre 2015, dans un quartier de Caen (Calvados), un homme insulte et menace une femme noire, avant de s'en prendre physiquement à son conjoint. Il a dû répondre de ces faits le jeudi 24 novembre 2016 devant le tribunal de grande instance de Caen (Calvados).

Injures raciales

Le jeudi 29 octobre 2015, à Caen, un homme injurie une femme noire, la menaçant avec sa canne "Espèces d'immigrés! rentrez chez vous avec vos bâtards! sales noirs!" Le lendemain soir, le conjoint de cette femme va frapper à la porte de l'individu qui n'est autre qu'un voisin de l'immeuble, afin d'avoir une explication. Celui-ci lui ouvre, accompagné d'ami, tous deux alcoolisés.

Le visiteur reçoit trois gifles. Il est attrapé par le col au point que ses vêtements se déchirent. L'agression est accompagnée des mêmes injures que la veille émaillée de menaces de "cassage de gueule".

"Je suis raciste et je l'assume"

À la barre, le prévenu reconnaît les injures et les menaces mais pas les violences. "Ce jour-là, j'avais bu un coup et je prends des cachets pour les nerfs mais sinon, je suis raciste et je l'assume. J'ai toujours été raciste, je ne sais pas pourquoi." Son casier judiciaire comporte des mentions de corruption de mineur et d'agressions sexuelles sur mineur de moins de quinze ans en récidive. Ce qui fait dire au président, Christophe Subts: " Vu votre passé, la discrétion serait de mise."

Tentatives de minimiser

Malgré cela, le prévenu tente encore de minimiser "Lui aussi m'a injurié!" seulement quatre personnes mettent ces propos en doute. Il va alors hasarder "Il a pu déchirer lui-même ses habits, pour que je le rembourse…" Puis, en désespoir de cause "Avec leurs trois enfants, ils font du bruit tard le soir et de bonne heure le matin…"

Personnalité psychotique avérée

L'expertise psychiatrique décrit une personnalité psychotique avérée sans toutefois d'altération du discernement. Le président résume: "La consommation d'alcool est banalisée par le prévenu qui n'en a rien à faire de l'autorité. Si on y ajoute son casier judiciaire, c'est un portrait peu flatteur pour un donneur de leçons raciste." Le procureur, allant dans ce sens requiert une peine de prison ferme.

La défense insiste sur le fait que l'homme était sous l'emprise d'une association alcool- médicaments. "Il est, de plus, très simple d'esprit et c'est étonnant que l'expertise psychiatrique ne l'ai pas noté." Au final, l'individu écope de 870 euros d'amende pour injures, menaces et violence. S'y ajoutent 300 euros de dommages et intérêts. "j'ai compris ma douleur" conclut-il alors.

 

Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Pour aller plus loin
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Calvados : un homme condamné pour injures raciales à Caen