En ce moment : TOKO TOKO (FEAT RONISIA) - DADJU Ecouter la radio

Tilly-sur-Seulles. Calvados : il ne supportait plus l'amant de sa femme

À Tilly-sur-Seulles, au nord de Caen (Calvados), le dimanche 25 septembre 2016, un homme âgé de 43 ans frappe et menace avec un fusil l'amant de sa femme. Il devait répondre de ces faits le mercredi 23 novembre 2016 devant le tribunal de grande instance de Caen.

Tilly-sur-Seulles. Calvados : il ne supportait plus l'amant de sa femme
Le tribunal de grande instance de Caen (Calvados) où a été jugée l'affaire. - Joëlle Briant

Un quadragénaire a comparu mercredi 23 novembre 2016 devant le tribunal de grande instance de Caen (Calvados) pour violence avec arme commise à Tilly-sur-Seulles (Calvados) le dimanche 25 septembre 2016.

L'homme est contremaître. Il est considéré comme quelqu'un de calme et de raisonnable. Son épouse, quant à elle, étant en invalidité, ne travaille pas. Parents de trois enfants, ils rencontrent depuis plusieurs années de graves difficultés conjugales. La femme a notamment un amant. Et depuis quelque temps, ce dernier a pris l'habitude d'appeler le fixe du domicile conjugal et ceci une dizaine de fois par jour.

Il débarque chez son rival armé d'un fusil de chasse

Ce dimanche 25 septembre 2016, c'est le jour de trop. L'homme, excédé, armé d'un fusil de chasse prend en filature sa compagne qui se rend chez son amant. Celui-ci, sans doute prévenu, sort de chez lui, pour sa part armé d'un bâton, mais la femme s'interpose. L'homme arrache alors le fusil des mains du prévenu qui réagit par deux coups de poing. Bilan: une dent cassée, un hématome sous orbital et cinq jours d'incapacité totale de travail.

"Je voulais conserver ma famille"

À la barre, le prévenu, qui reconnaît les faits s'explique: "Je voulais lui dire que j'en avais marre. C'était trop dur à vivre, surtout pour les enfants. Je voulais conserver ma famille." Il ajoute que l'arme de chasse ne fonctionnait pas, qu'il l'avait emmenée pour lui faire peur. Le ministère public requiert un mois de prison avec sursis et la confiscation des armes (l'homme en tant que chasseur possède plusieurs fusils).

Quinze jours de prison avec sursis

L'avocat de la défense plaide les harcèlements téléphoniques subis par son client, sa souffrance d'être trompé et rappelle qu'aux dires de tous, c'est une personne équilibrée. "Il n'en va pas de même pour la victime qui a une consommation excessive d'alcool et qui, d'ailleurs, ce jour-là accusait plus de 2g d'alcool par litre de sang."

Il ajoute que la chasse, que le prévenu exerce dans les règles, est un loisir important pour lui, et que le priver de son matériel serait néfaste à son moral, déjà bien bas. Mais la cour prend la décision d'une interdiction de port d'arme durant un an et le condamne à 15 jours de prison avec sursis.

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Tilly-sur-Seulles. Calvados : il ne supportait plus l'amant de sa femme