En ce moment : BE MINE - OFENBACH Ecouter la radio

Boucles de la Seine : les limons dragués servent à reconstituer une zone humide

La nature reprends ses droites dans les Boucles de la Seine près d'Yville-sur-Seine grâce au dépôts des limons dragués dans la Seine.

Boucles de la Seine : les limons dragués servent à reconstituer une zone humide
Une fois que la drague a accosté en bord de Seine, les limons sont envoyés sur le site par la biais de tuyaux dirigés vers les "trous" à combler. - Photo GPMR-P. Boulen

D'un côté, il y avait ces "tas" de limons issus des dragages de la Seine, stockés dans des chambres de dépôts de sédiments. De l'autre, les trous béants laissés dans les ballastières - ces carrières des bords de Seine d'où l'on extrait du sable et des graviers. "Lors de discussions entre le port de Rouen, le Parc naturel des boucles de la Seine et les carriers, il a été évoqué la possibilité de combler ces "trous" par le limon dragué en Seine", explique Sandrine Samson, responsable du service environnement au Port de Rouen.

Il aura fallu du temps pour que tout se mette en place : évoqué au début des années 90, le projet a reçu l'aval des différents acteurs en 1999. Les travaux ont débuté en 2000 à Yville-sur-Seine.

Retour à la nature

Le projet, expérimental, est suivi de très près. Des relevés scientifiques sont faits régulièrement pour s'assurer que le dépôt de limon ne perturbe pas l'éco-système du site. Ainsi, sur les 11hectares concernés sur 8 à 9 mètres de profondeur, un million de mètres cubes de limon ont été déversés. "Le but était de reconstituer trois zones différentes : une prairie humide, une zone de mégaphorbiaie qui regroupe de la végétation haute de zone humide et enfin un plan d'eau de faible profondeur". Aujourd'hui, les carrières sont presque entièrement comblées.

Mais le contrôle scientifique se poursuit pour surveiller de près l'évolution de la nature et le retour de la faune. En effet, une fois les ouvertures emplies de limon, des couches de tourbes ont été mises par dessus. "La colonisation du site par les espèces végétales a été très rapide. La tourbe est très riche en graines. Nous avons laissé faire la nature et aujourd'hui, on compte près de 130 espèces végétales différentes." Deux chevaux de Camargue ont été achetés et installés sur les lieux pour permettre l'entretien naturel de la prairie. 

Treize ans après le début des opérations, les résultats sont encourageants. La nature a repris ses droits et le suivi scientifique est positif.  Le Port de Rouen cherche de nouveaux partenaires pour renouveler l'opération.

Anne Letouzé

Recevez l'actualité gratuitement
Pour aller plus loin
Réagir à cet article
Envoi en cours...
En direct
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Boucles de la Seine : les limons dragués servent à reconstituer une zone humide