En ce moment : LOST - MAROON 5 Ecouter la radio

Surprise archéologique exceptionnelle à l'archevêché de Rouen

Lors des premiers travaux pour la création de l'Historial Jeanne d'Arc, les fouilles préventives ont permis une belle découverte à l'archevêché de Rouen. Les archéologues ont mis au jour une ancienne statue, à l'emplacement de la cour de la Maîtrise Saint-Evode, rue Saint-Romain.

Surprise archéologique exceptionnelle à l'archevêché de Rouen
Les archéologues Dominique Pitte et Eric Follain devant la découverte.

Sans les travaux pour l'Historial, jamais Rouen n'aurait su posséder autant de trésors. C'est à l'endroit même des travaux futurs, après plusieurs sondages paléontologiques, que les deux archéologues Eric Follain et Dominique Pitte ont découvert cette statue. Sculptée dans un bloc de pierre, elle représente un Christ en gloire, assis, la main gauche posée sur le genou, la main droite levée en signe de bénédiction.

Son visage a été cassé, buriné, "sûrement pour désacraliser la sculpture avant de la réutiliser dans les fondations", précisent les heureux archéologues. Cette statue aurait, au XIIe siècle, orné le tympan de la cathédrale romane, aujourd'hui disparu. Elle constitue un témoignage rare de la sculpture normande de cette époque.

Pierre de Caen

Cette étonnante découverte a été faite là où se trouvait la salle d'apparat de l'archevêché, construite vers 1280 du temps de l'archevêque Guillaume Bonne-Ame, dont il ne reste aujourd'hui que le pignon. La statue était imbriquée dans les fondations d'un mur d'1,80 mètre de large. Courant XIIe, ce mur aurait marqué la limite nord de l'archevêché, donnant sur la rue Saint-Romain.

Lorsque les archéologues sont tombés sur ce mur, fait en pierre de la vallée de la Seine, ils en ont remarqué une plus jaune : la pierre de Caen. "C'est une pierre de qualité, plus utilisée pour les sculptures que pour la construction. Elle coûtait cher parce qu'il fallait la transporter jusqu'à Rouen" explique Eric Follain, archéologue à la Direction régionale des Affaires culturelles (DRAC) de Haute-Normandie.

Dans les semaines qui viennent, la statue va être changée de place et nettoyée. Dans plusieurs mois, elle devrait pouvoir être exposée dans une des chapelles latérales de la cathédrale. Pourtant habitué aux découvertes, celle-ci est pour Eric Follin "un bonus, assez exceptionnel car la pièce recyclée est une pièce noble". Ces spécialistes cherchent aujourd'hui à établir des éventuelles comparaisons avec d'autres Christ en gloire.

Lison Lagroy

Galerie photos
Recevez l'actualité gratuitement
Réagir à cet article
Envoi en cours...
En direct
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Surprise archéologique exceptionnelle à l'archevêché de Rouen