En ce moment : SANTA MARIA - RIDSA Ecouter la radio

Caen. Normandie : "Tu me dois le devoir conjugal", dit-il à sa compagne en la frappant

Fin 2016 et début 2017, une femme est insultée, frappée et menacée de mort par son époux. Celui-ci a été jugé le mercredi 7 juin 2017 par le tribunal de grande instance de Caen (Calvados).

Caen. Normandie : "Tu me dois le devoir conjugal", dit-il à sa compagne en la frappant
L'homme de 46 ans a été jugé par le tribunal de grande instance de Caen (Calvados) pour violences conjugales. - Fotolia

Ahmed Seghrouchni, Marocain âgé de 46 ans, a été jugé en son absence le mercredi 7 juin 2017 par le tribunal de grande instance de Caen (Calvados) pour violences conjugales.

Frappée et menacée de mort

L'homme est marié depuis 2004. En décembre 2016, une discussion autour d'une séparation du couple s'envenime. Ce dernier n'admet pas l'idée d'un divorce, à l'inverse de son épouse. Les insultes sont mutuelles puis, la femme finit par se réfugier dans la salle de bain. L'homme l'y rejoint, lui pince le cou et lui pousse violemment la tête en arrière sur le lavabo. En janvier 2017, nouvelle scène de violence. Dans la chambre, il lui tire les cheveux et plaque son visage dans le matelas pour l'étouffer, tout en la frappant. Leurs jeunes enfants assistent aux deux scènes.

"Elle refuse de me donner ce qu'elle me doit"

La victime se verra prescrire quatre jours d'incapacité totale de travail. En déposant plainte, elle explique qu'elle est fréquemment menacée : "Si tu parles à l'assistance sociale, je vais te tuer. Tu me dois le devoir conjugal.", lui répète son mari.

Lors de l'enquête, l'homme admet s'être énervé. Mais il nie les menaces et les coups et répète qu'elle le prive de ses droits d'époux : "Elle refuse de me donner ce qu'elle me doit".

Violences psychologiques et physiques

Le casier judiciaire du prévenu comporte quatre mentions, majoritairement pour escroqueries. Le procureur insiste sur la gravité des délits commis en présence des enfants. "Ce sont des violences psychologiques et physiques." Une peine ferme est requise.

Ahmed Seghrouchni est finalement condamné à quatre mois de prison ferme, à 1 000 euros de préjudice moral et à 500 euros de procédure pénale.

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Caen. Normandie : "Tu me dois le devoir conjugal", dit-il à sa compagne en la frappant