En ce moment : OH MY GOD - ADELE Ecouter la radio

Paris (AFP). Les policiers gardés à vue soupçonnés d'avoir renseigné l'ex-chef du GIGN

...

Paris (AFP). Les policiers gardés à vue soupçonnés d'avoir renseigné l'ex-chef du GIGN
Le patron de la PJ parisienne, Bernard Petit, a été placé en garde à vue dans le cadre de cette enquête qui porte sur des fuites dans un dossier instruit à Paris - AFP/Archives
Les quatre policiers et ex-policiers en garde à vue mercredi, dont le directeur de la PJ parisienne Bernard Petit, sont soupçonnés d'avoir "renseigné" l'ex-patron du GIGN Christian Prouteau avant son interpellation début octobre, a-t-on appris de source proche du dossier. Christian Prouteau a été mis en examen le 9 octobre, au côté notamment de l'"escroc des stars" Christophe Rocancourt, dans une affaire d'escroquerie et de corruption présumées. Parmi les quatre personnes placées en garde à vue dans les locaux de l'IGPN (la "police des polices") figurent, outre le patron de la PJ, son chef de cabinet, Richard Atlan, mais aussi Joaquin Masanet, responsable syndical policier en retraite proche de la gauche, actuellement président de l'Association nationale d'action sociale (Anas) des personnels de la place Beauvau, et un autre membre de l'Anas, détaché de la police nationale. "Les quatre gardés à vue sont soupçonnés d'avoir donné des informations de première main à Christian Prouteau avant sa garde à vue et pas seulement la date de son interpellation", a expliqué une source proche du dossier. "Lors de sa garde à vue, Christian Prouteau a dit qu'il était au courant qu'il allait être entendu. Ces propos ont poussé les deux juges d'instruction, Roger le Loire et Charlotte Bilger, chargés de cette affaire, à demander un réquisitoire supplétif pour violation du secret de l'enquête", a expliqué une source proche de l'enquête. "L'enquête montre alors qu'il y a de très nombreux contacts téléphoniques la veille de la garde à vue de M. Prouteau et le lendemain entre l'ex-gendarme, le chef de la PJ et son chef de cabinet, ainsi qu'avec M. Masanet et un de ses proches", a-t-elle ajouté. Des perquisitions ont été menées mardi au siège de l'Anas et mercredi au "36" Quai des Orfèvres, mythique adresse de la PJ parisienne.
Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Pour aller plus loin
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Présidentielle et législatives : le direct
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Paris (AFP). Les policiers gardés à vue soupçonnés d'avoir renseigné l'ex-chef du GIGN