En ce moment : JUSQU'AU BOUT (FEAT IMEN ES) - AMEL BENT Ecouter la radio

Nîmes (AFP). Intempéries: le Gard face aux stigmates de forts orages localisés

...

Nîmes (AFP). Intempéries: le Gard face aux stigmates de forts orages localisés
Un bus renversé par les inondations dans un un champs d'Uzès (Gard), le 11 octobre 2014 - AFP
Bus renversé, champs inondés, routes impraticables, maison à la toiture éventrée..: après l'angoisse, les Gardois ont découvert samedi les stigmates de 24h00 de forts orages localisés qui ont fait beaucoup de dégâts mais heureusement ni mort ni blessé. Placé vendredi en vigilance rouge aux pluies et aux inondations, le département du Gard a été rétrograde samedi en vigilance orange par Météo France qui annonce cependant une nouvelle vague pluvio-orageuse intense d'ici dimanche soir ainsi qu'en Lozère, Hérault, Drôme, Lozère et Var. Au total dans le Gard, depuis jeudi soir, les pompiers ont effectués 648 interventions et plus de 500 personnes, selon le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, qui a appelé à "maintenir la vigilance". Le trafic SNCF entre Alès et Nîmes est interrompu et 4.000 clients d'EDF n'avaient plus d'électricité vendredi soir, selon la préfecture. Le spectacle est "impressionnant quand ça déborde de partout", a constaté un habitant du village de Russan, commune de Sainte-Anastasie. Au volant de son 4x4, avec autour des vignes gorgées d'eau, ce retraité s'est dit marqué par "le déluge" de la veille. Mais agacé aussi. "Tous les ans, c'est le même bazar quand il y a un épisode cévenol parce que le réseau d?évacuation des eaux de ruissellement ne suffit pas a absorber tout ça", a-t-il critiqué alors qu'il a "30 cm d'eau dans sa maison". Cette route, entre Uzès et Sainte-Anastasie, est l'un des secteurs les plus touchés avec des cumuls allant jusqu'à 372 mm. Ici, c'est une voiture noire qui pique du nez dans un fossé, là c'est un bus jaune de ramassage scolaire qui est couché sur le flanc au milieu des vignes. Il avait été emporté par les eaux du Bourdic. "Il n'y a eu pas de blessé", a précisé à l'AFP le directeur de cabinet du préfet Christophe Borgus alors qu'un automobiliste a indiqué à l'AFP qu'il n'y avait pas d'enfant à bord et que le chauffeur avait été hélitreuillé Au Nord du département, autour d'Alès, dans les contreforts des Cévennes, il est quand même tombé dans la nuit jusqu'à 150 mm de pluies. Le Rieu est sorti de son lit et s'est transformé en torrent. Mais c'est surtout l'activité électrique qui a entraîné des dégâts. - 'Tout le monde dehors' - La foudre a ainsi provoqué l'incendie d'une maison rose du quartier du Rieu à Alès. Le toit et la charpente ont été détruits. "On a entendu comme une déflagration, ça nous a réveillés, mon épouse et moi. Je suis sorti pour voir. Les combles brulaient, des flammes impressionnantes sortaient du toit et ensuite, nous avons entendu un gros boom : toute la charpente venait de s?effondrer au premier étage", a confié Serge Brousse, 67 ans. En milieu de matinée, à l'intérieur, une dizaine de pompiers évacuait encore le mobilier détruit. Choquée, Jeanny, 64 ans, l'épouse, ramassait les effets personnels souillés: "On est très triste. On a tout perdu, regardez le désastre! On attendait la pluie, on a eu la foudre". Une autre maison du quartier a, elle, été éventrée partiellement par un eucalyptus trentenaire, sans faire de blessé. Les occupants, un couple et leur fils ont trouvé refuge chez des voisins. En pleurs, le jeune Mathis, 11 ans, réfugié dans les bras de son père a raconté: "La maison a tremblé de partout, papa a hurlé: +tout le monde dehors!+ et j'ai tout de suite compris qu'on était en danger, j'ai couru. Il y avait déjà de l'eau qui coulait dans ma chambre". "Vers 23h on a entendu un bruit sourd violent et un craquement. Comme notre jardin était imbibé d'eau, l'arbre de 16 mètres était déjà fragilisé. Et quand la foudre lui est tombée dessus, il s'est affaissé au niveau de la chambre de notre fils", a raconté le père Jean-Marc Padovani, 56 ans. Ce samedi matin, sept voisins de ce lotissement de la rue Georges-Brassens sont venus soutenir la famille et tronçonner l'arbre. Debout devant sa maison, Agnès Padovani, 52 ans, essuie ses larmes : "On a échappé au pire, mais on n'a plus de toit. On sera hébergés d'urgence avec mes fils de 11 et 16 ans par la ville d'Alès mais après ?"
Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Présidentielle et législatives : le direct
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Nîmes (AFP). Intempéries: le Gard face aux stigmates de forts orages localisés