En ce moment : MIDDLE OF THE NIGHT - ELLEY DUHE Ecouter la radio

Solidarité. La nouvelle vie des réfugiés ukrainiens : "Kharkiv ressemble beaucoup au Havre"

Solidarité. Plus de 200 Ukrainiens vivent au Havre pour échapper à la guerre. Une partie d'entre eux était réunie à l'hôtel de Ville, jeudi 28 avril.

Solidarité. La nouvelle vie des réfugiés ukrainiens : "Kharkiv ressemble beaucoup au Havre"
Florence Thibaudeau-Rainot (à gauche), adjointe en charge de la solidarité, et Edouard Philippe, maire du Havre, ont été invités à arborer un ruban bleu et jaune aux couleurs de l'Ukraine.

"Au Havre, on se souvient que lorsque la guerre frappe, la solidarité est indispensable." C'est en rappelant le passé douloureux de la cité océane qu'Edouard Philippe a accueilli des réfugiés ukrainiens, jeudi 28 avril, pour une cérémonie chaleureuse à l'hôtel de Ville. Le maire a ensuite écouté de jeunes ukrainiens déclamer un poème sur la liberté. Depuis la fin mars, 206 Ukrainiens ont été accueillis, dont 65 enfants. Leur hébergement est organisé sous la responsabilité de l'Armée du Salut, au sein du centre régional jeunesse et sport, à la résidence autonomie de Montgeon et dans deux hôtels. Une partie des dons des Havrais a permis à ces réfugiés de s'habiller et s'équiper pour cette nouvelle vie, à plus de 2 000 kilomètres de leur pays en guerre.

Les jeunes ukrainiens ont déclamé le nom de leur ville.

"Nous sommes partis sans réfléchir"

"On vit très bien ici, on est logés, nourris. Je remercie les Français pour leur accueil. Mais je voudrais pouvoir retourner à la maison dès que possible", explique Natliia Pivovarova, laborantine de 36 ans, originaire de Kharkiv, dont le mari est resté en Ukraine. "Notre départ n'était pas planifié, nous avions notre vie là-bas, le travail. Quand les bombardements ont débuté, nous sommes partis sans réfléchir."

Olga et Natliia font partie des femmes avec enfants qui sont hébergées au Havre.

"C'est super ici, il n'y a pas la guerre, sourit Elizabeth Korobka, âgée de 17 ans. J'ai toujours voulu venir étudier en France, apprendre le français, maintenant j'ai cette opportunité. Mais j'espère vraiment rentrer, aider mon peuple." Tous les samedis, elle manifeste pour soutenir l'Ukraine. "C'est le moins que l'on puisse faire", estime-t-elle. "Karkhiv ressemble beaucoup au Havre. Le même centre-ville, les boutiques, les cafés..., estime Anastasi Kaliniuk, 23 ans. Mais ici tout est ouvert, il n'y a pas eu de destructions. Je ne me sens pas ici comme à la maison, mais ça y ressemble."

Le maire du Havre accueille les Ukrainiens

Galerie photos
Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Présidentielle et législatives : le direct
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Solidarité. La nouvelle vie des réfugiés ukrainiens : "Kharkiv ressemble beaucoup au Havre"