En ce moment : LOVE UNDER PRESSURE - JAMES BLUNT Ecouter la radio

Crise migratoire: des ressortissants du Proche-Orient exclus de vols pour le Bélarus

France-Monde. La Turquie a interdit vendredi aux ressortissants de trois pays du Proche-Orient de prendre l'avion pour le Bélarus depuis son sol, sous la pression croissante de l'Europe qui accuse Minsk d'acheminer des migrants à ses portes.

Crise migratoire: des ressortissants du Proche-Orient exclus de vols pour le Bélarus
Des migrants campent à la frontière entre la Pologne et le Bélarus, dans la région de Grodno, le 11 novembre 2021 - Leonid Shcheglov [BELTA/AFP]

Les ressortissants de l'Irak, de la Syrie et du Yémen ne seront plus autorisés à prendre l'avion pour le Bélarus à partir des aéroports turcs "jusqu'à nouvel ordre", a annoncé la Direction générale de l'aviation turque dans un communiqué.

La principale compagnie aérienne du Bélarus, Belavia, a indiqué qu'elle se conformerait à cette restriction.

Cette mesure intervient alors que plusieurs milliers de migrants voulant se rendre en Europe, originaires principalement du Proche-Orient, sont bloqués dans des conditions difficiles à la frontière entre le Bélarus et la Pologne.

L'Union européenne accuse Minsk d'orchestrer cet afflux migratoire, en délivrant notamment des visas, pour se venger de sanctions occidentales imposées au régime d'Alexandre Loukachenko l'an dernier après la brutale répression d'opposants.

Bruxelles s'efforce depuis plusieurs jours d'endiguer ces arrivées au Bélarus en contactant des pays, notamment du Proche-Orient, pour les convaincre d'empêcher les personnes d'embarquer sur des vols à destination de Minsk.

La Turquie est le premier pays à prendre une telle mesure. Istanbul, la plus grande ville turque, a deux aéroports internationaux qui font d'elle une plaque tournante majeure du trafic aérien entre le Proche-Orient et l'Europe.

Ankara a toutefois affirmé jeudi n'avoir "rien à voir" avec la crise migratoire.

Nouvelles sanctions

Cette crise en Europe centrale suscite l'inquiétude croissante de la communauté internationale et a fait l'objet jeudi d'une réunion d'urgence au Conseil de sécurité des Nations unies.

A l'issue de cette réunion, plusieurs pays, dont les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni, ont accusé Minsk de vouloir "déstabiliser les pays voisins" et "détourner l'attention de ses propres violations croissantes des droits humains".

Les relations entre les pays occidentaux et le Bélarus sont fortement tendues. L'an dernier, l'UE et les Etats-Unis avaient infligé une série de sanctions à Minsk après la répression d'un mouvement de contestation déclenché par la réélection controversée de M. Loukachenko, au pouvoir depuis 1994.

Jeudi, Berlin a appelé à renforcer les mesures punitives contre le Bélarus, évoquant notamment le ciblage de l'industrie de la potasse, cruciale pour l'économie de ce pays.

Bruxelles a indiqué que de nouvelles sanctions étaient attendues la semaine prochaine.

Mais fort de l'appui de Moscou, M. Loukachenko a menacé de riposter en fermant les vannes d'un important gazoduc alimentant l'Europe en gaz russe et transitant par le Bélarus, au moment où le continent fait déjà face à des pénuries.

Le Kremlin a toutefois promis vendredi que ses livraisons de gaz à l'Europe se poursuivraient normalement, malgré la mise en garde de M. Loukachenko.

Frontière scellée

Sur le terrain, les migrants sont pris en étau entre les autorités bélarusses qui, selon Varsovie, les contraignent à avancer en tirant parfois des coups de feu en l'air, et les gardes-frontières polonais qui les refoulent sans ménagement.

Plus de 2.000 personnes, dont des femmes et des enfants, sont ainsi coincées depuis plusieurs jours dans un camp de fortune du côté bélarusse de la démarcation par un froid glacial, allumant des feux pour se réchauffer.

Jeudi, une aide humanitaire d'urgence, notamment des vêtements chauds et des couvertures, a pu être acheminée à certains migrants, selon le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR).

Selon le quotidien polonais Gazeta Wyborcza, 10 migrants sont morts dans cette zone ces dernières semaines.

Une ONG polonaise a déclaré vendredi que trois migrants d'Irak et de Syrie avaient été hospitalisés après avoir été battus et volés près d'une ville frontalière.

Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a accusé le régime de M. Loukachenko de "terrorisme d'Etat" et estimé jeudi que son pays était la cible d'une "guerre d'un genre nouveau", avec des civils utilisés comme "munitions".

Face à l'afflux de personnes à sa frontière, la Pologne, pays membre de l'UE et de l'espace Schengen, y a déployé quelque 15.000 militaires et érigé une clôture surmontée de fil de fer barbelé.

Galerie photos
Recevez l'actualité gratuitement
Réagir à cet article
Envoi en cours...
En direct
Jeu-Concours : devinez qui sera élue Miss France 2022
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Crise migratoire: des ressortissants du Proche-Orient exclus de vols pour le Bélarus