En ce moment : SYMPHONY - CLEAN BANDIT Ecouter la radio

Alençon. Perseigne : des violences sur fond de trafic de drogue ?

Violence. Préfète de l'Orne et maire d'Alençon réaffirment leur détermination après l'incendie d'une dizaine de voitures à Perseigne.

Alençon. Perseigne : des violences sur fond de trafic de drogue ?
Une nouvelle fois, une dizaine de voitures et de camions ont été incendiés dans le quartier de Perseigne à Alençon.

La préfète de l'Orne et le maire d'Alençon ont réagi mercredi 27 octobre, au lendemain d'une nuit de violences urbaines dans le quartier Perseigne. Mardi 26 octobre, il est 23 heures lorsque des groupes de cinq ou six jeunes cagoulés incendient des voitures dans ce quartier.

• Lire aussi. [Photos] Alençon. Véhicules incendiés à Perseigne, pompiers et policiers pris pour cible

Ecoutez ici des habitants de Perseigne:

Arrivés sur place, police et pompiers deviennent la cible de tirs de mortiers de la part des incendiaires, "dont la plupart sont des mineurs", précise le maire PS d'Alençon Joaquim Pueyo. Pour lui, pas de doute, "cela est dû à l'interpellation, quelques heures plus tôt, de deux dealers dans ce quartier", même si François Coudert, le procureur de la République d'Alençon, "ne confirme pas qu'il peut y avoir un lien entre cette interpellation et les faits de la nuit", auprès de l'AFP.

Ecoutez ici Joaquim Puyeo:

Les policiers en repos
appelés en renfort

Sur place, plus d'une dizaine de voitures et de camions brûlent dans tout le quartier, il faut sécuriser l'intervention des pompiers. Mais avec le faible nombre de policiers en service cette nuit à Alençon, "ceux qui sont en repos sont appelés chez eux pour intervenir immédiatement", explique Mickaël Métairie, délégué du syndicat SGP-Police dans l'Orne.

Ecoutez ici Mickaël Métairie de SGP-Police:

Une aide est demandée aux deux autres commissariats ornais, de Flers et d'Argentan. La gendarmerie vient en renfort. Le temps passe, il est 1 h 30 du matin lorsque les pompiers peuvent enfin intervenir sereinement. Durant cette nuit de violences, "aucune interpellation n'a été effectuée", confirme François Tahéri, préfète de l'Orne, pour qui "ces tirs sont inacceptables". Le ministère de l'Intérieur a confirmé l'arrivée sur place dans la journée de CRS pour sécuriser le quartier, comme en avril 2021, à la suite d'événements identiques, au même endroit. "Notre volonté est très ferme de démanteler ces trafics de drogue", explique-t-elle.

• Lire aussi. Alençon. Une nouvelle nuit de terreur dans le quartier de Perseigne

Ecoutez ici la Préfète de l'Orne:

Ce matin, le constat était très amer pour de nombreux habitants aux revenus modestes dont la voiture, seul moyen pour se rendre à leur travail, a brûlé. Dès cet après-midi, la mairie d'Alençon met en place une cellule de crise et les recevra à la Maison France Services du quartier de Perseigne.

Ecoutez ici Joaquim Pueyo:

Des dotations supplémentaires

"Ces habitants en colère nous demandent de continuer notre lutte contre le trafic de stupéfiants", explique le maire d'Alençon. "Une infime minorité d'individus ne peut pas prendre en otage ce quartier." Une enquête a été ouverte, le maire réclame de la fermeté, y compris dans une réponse pénale à la hauteur de ces événements. Selon la préfète de l'Orne, à la suite des incendies du mois d'avril, l'Orne a eu une dotation de sept policiers supplémentaires. Le maire d'Alençon confirme deux effectifs de plus à la police municipale, ainsi que deux caméras supplémentaires sur la vidéosurveillance.

Recevez l'actualité gratuitement
Réagir à cet article
Envoi en cours...
En direct
Jeu-Concours : devinez qui sera élue Miss France 2022
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Alençon. Perseigne : des violences sur fond de trafic de drogue ?