En ce moment : SUR MA TOMBE - DORIA D Ecouter la radio

Seine-Maritime. Une année catastrophe pour les pommes

Agriculture. Victime des aléas climatiques, la production de pommes en vallée de Seine sera très mauvaise cette année.

Seine-Maritime. Une année catastrophe pour les pommes
Jean-Chrétien Grain, au Mesnil-sous-Jumièges, estime qu'il va perdre 75 à 80 % de sa production cette année. Certaines variétés tardives, comme la Melrose ou l'Idared, ont tout de même été moins touchées.

Dans ses vergers du Mesnil-sous-Jumièges, en vallée de Seine, le long de la célèbre route des fruits, Jean-Chrétien Grain fait grise mine. Les poiriers, les pommiers ne sont pas bien fournis, alors que la récolte doit débuter. Le jeune producteur de 21 ans estime qu'il va perdre 75 à 80 % de sa production par rapport à l'année dernière. En cause surtout, les gelées tardives du mois d'avril. "On a eu du -5, -6 °C alors que les pommiers étaient en fleurs", rembobine-t-il. Seules quelques variétés tardives ont été relativement épargnées, comme la Melrose ou l'Idared. Pour la Bénédictin ou la très convoitée Boskoop en revanche, l'année sera catastrophique en vallée de Seine. D'autant que le très pluvieux mois de juillet n'a pas contribué à sauver ce qui pouvait l'être. "Les sols n'absorbaient plus, ils étaient gorgés d'eau. On a eu beaucoup de pourriture", explique le producteur.

Quel impact sur les prix ?

Lui va commencer ses ventes sur le marché Saint-Marc et directement à la cueillette lors de ses portes ouvertes du mois de septembre. Et il ne compte pas malgré tout trop augmenter les prix. "Les cours au MIN [Marché d'intérêt national de Rouen, NDLR] vont peut-être augmenter un peu, mais en vente directe, je ne peux pas me le permettre", explique-t-il.

Même réflexion à l'autre bout de la chaîne, chez le 5, un primeur de la rue Armand-Carel à Rouen. "Je ne vais pas vendre des pommes à 7 € le kilo", plaisante Christophe Lemonnier, le patron du magasin. Ses fournisseurs locaux, près de Jumièges, l'ont déjà informé : il y aura au moins un mois de retard pour la récolte des pommes cette année. Alors, il y aura un peu moins de produits locaux sur ses étals. "Je me fournis au MIN. Les prix devraient augmenter d'environ 15 %", estime le commerçant qui précise qu'il ne va "pas trop répercuter" cette hausse sur ses propres prix. "De toute façon, tout est cher cette année", ajoute-t-il, alors qu'il a déjà été contraint de se fournir dans d'autres régions pour les cerises plus tôt cet été, après une récolte catastrophique en Normandie. Pommes, poires, fruits rouges, céréales, aucune culture ne semble avoir tiré son épingle du jeu après une année pour le moins étonnante au niveau du climat. "Il y a du dérèglement climatique, c'est certain, affirme Pascal Faucon, président de la FNSEA de Seine-Maritime, le principal syndicat agricole. Avant, on avait trois ou quatre années classiques et une année mauvaise. Maintenant, c'est particulier tous les ans."

Quant aux assurances : "C'est très coûteux et les remboursements ne sont pas à la hauteur des pertes", estime le professionnel. Dans son verger, Jean-Chrétien Grain espère tout de même une petite indemnisation calamités agricoles de l'État en début d'année prochaine. En attendant surtout une meilleure année pour 2022.

Galerie photos
Recevez l'actualité gratuitement
Réagir à cet article
Envoi en cours...
1 commentaires

thierry7825/08/2021 - 12h15

Après le blé, voilà les pommes et côté kiwis récoltés dans le sud ça va?

Signaler ce commentaire
En direct
Jeu-Concours : devinez qui sera élue Miss France 2022
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Seine-Maritime. Une année catastrophe pour les pommes