En ce moment : MMM BOP - HANSON Ecouter la radio

Le Tréport. Éoliennes en mer Dieppe-Le Tréport : ce qui change dans le projet

Deux jours après l'avis favorable de l'Agence française de la biodiversité, les dirigeants d'Éoliennes en mer Dieppe-Le Tréport ont présenté, jeudi 22 février 2018 à Dieppe (Seine-Maritime) les changements apportés au projet. Les 62 éoliennes doivent entrer en fonction à partir de 2021.

Le Tréport. Éoliennes en mer Dieppe-Le Tréport : ce qui change dans le projet
Les porteurs du projet, Christophe Leblanc et Bruno Hernandez, ont présenté les changements, accompagnés par Alexandre Irle, pour RTE. - Amaury Tremblay

Le projet d'implanter des éoliennes en mer au large de Dieppe et du Tréport poursuit son avancée. Après l'avis favorable, avec réserve, rendu mardi 20 février 2018 par l'Agence française de la biodiversité (AFB), les porteurs du projet ont tenu à apporter des modifications au futur parc. L'entreprise Éoliennes en mer Dieppe-Le Tréport (EMDT) a détaillé les changements, jeudi 22 février 2018, à Dieppe (Seine-Maritime).

"Nous serons rigoureux dans le suivi du projet avec les autorités locales, les parties prenantes et le Parc naturel marin (PNM) des estuaires picards et de la mer d'Opale", affirme Bruno Hernandez, le directeur du projet. Le dossier doit encore passer d'autres étapes dont l'enquête publique qui pourrait être décidée par la préfecture de Seine-Maritime "au second semestre 2018". "Elle devait initialement être effectuée en avril 2018, mais avec le report de la décision de l'AFB, le délai est lui aussi repoussé", précise Bruno Hernandez.

Réduction des nuisances

EMDT a apporté quatre changements principaux dans le projet pour répondre aux demandes de l'AFB. "Nous allons réduire les nuisances lors du chantier de construction, en suspendant les opérations d'installation des pieux pendant les quatre mois les plus sensibles pour le développement des mammifères marins", détaille Bruno Hernandez. Cette période, qui sera respectée consécutivement et une fois par an uniquement, sera étudiée avec les services de l'État et le PNM. "Nous serons capables de le faire n'importe quand dans l'année et sans que ce délai retarde le chantier", ajoute le porteur de projet.

Une autre mesure sera mise en place pour réduire la pollution des fonds marins. Il s'agit d'une technologie alternative pour éviter la corrosion sur les fondations des éoliennes. "Au lieu de mettre en place des éléments en aluminium qui se dissolvent dans l'eau, nous allons mettre en place un système de protection par un faible courant électrique", explique Bruno Hernandez. "Cette technologie est notamment utilisée par l'industrie pétrolière et a des effets identiques sur la structure métallique."

Des éoliennes plus hautes

Pour limiter l'impact sur la faune, EMDT va rehausser la hauteur des éoliennes de 15 mètres, un changement "qui ne sera pas visible depuis le littoral", précise l'entreprise. Les éoliennes feront ainsi 127 mètres de haut contre 112, au-dessus du niveau de la mer. "Ce changement réduire d'au moins 50 % le risque de collision pour l'ensemble des espèces d'oiseaux, poursuit le porteur de projet, de nombreuses espèces volent en dessous de 30 mètres et donc, du rayon des pales des éoliennes."

Dernière mesure développée par EMDT : le Groupement d'intérêt scientifique qui verra ses moyens renforcés passant de 650 000 euros prévus initialement, à 8 millions d'euros. Ce budget est mis en place pour l'ensemble de la durée de l'exploitation du parc éolien. "Des scientifiques, le porteur de projet voire l'État et des associations seront associés dans ce groupement", insiste Bruno Hernandez. "Il permettra de suivre l'impact environnemental et de mener différentes études du milieu marin." Ce groupement devrait voir le jour avant la fin 2018.

Début du chantier en 2019

Si l'enquête publique se déroule bien au second semestre 2018, EMDT souhaite lancer les travaux en 2019. Une date encore incertaine qui dépend des éventuels recours que souhaitent déposer des pêcheurs. "C'est leur doit, nous verrons bien", se contente de répondre Bruno Hernandez. Deux ans de chantier sont ensuite prévus pour une mise en service du parc de 62 éoliennes à partir de 2021.

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Le Tréport. Éoliennes en mer Dieppe-Le Tréport : ce qui change dans le projet