En ce moment : Seasons - THIRTHY SECONDS TO MARS Ecouter la radio

En ce moment
abonnement

Attentats: Paris n'a pas sombré, mais Paris a changé

"Fluctuat nec mergitur" (il est battu par les flots mais ne sombre pas): citant la fière devise de Paris, ils étaient nombreux à clamer leur refus du terrorisme et de la peur, au lendemain des attentats du 13 novembre 2015.

Attentats: Paris n'a pas sombré, mais Paris a changé
Des personnes s'enfuient après avoir entendu des couprs de feu près de la place de la République à Paris, le 13 novembre 2015 - DOMINIQUE FAGET [AFP/Archives]

Paris n'a pas sombré. Mais quelque chose a changé. Deux ans après cette soirée où des commandos du groupe Etat islamique (EI) ont semé l'horreur en tuant 130 personnes dans la capitale française et sa proche banlieue, des automatismes, parfois infimes, se sont installés chez beaucoup.

"Dans la salle de ciné, j'ai tendance à ne pas me mettre juste derrière l'entrée, au restaurant je ne m'installe pas dos aux vitres... Je ne suis pas en sécurité". L'aveu est "horrible" pour Aurore Humez, une chef d'entreprise de 39 ans.

Les barrières de sécurité devant les salles de concert font partie du paysage. Comme les blocs de béton disposés pour empêcher une voiture-bélier de faucher les passants.

Au détour d'une rue, un groupe de trois soldats ne surprend plus: l'opération Sentinelle mobilise 7.000 militaires en permanence en France depuis 2015.

Habituels, les gilets pare-balles et les armes à la ceinture des policiers. Ordinaires, les fouilles des sacs à l'entrée des centres commerciaux. Prises d'assaut, les formations aux "gestes qui sauvent".

Au feu rouge devant le Bataclan, la salle de spectacle où 90 personnes avaient été assassinées le 13 novembre, les automobilistes s'arrêtent sans tourner la tête. Sur la devanture, des inscriptions crient "No fight, love", "Fuck Isis" (acronyme anglais de l'EI). Sous la plaque accrochée en mémoire des victimes, une rose a été déposée.

Parole raciste

Sans "céder à une identification sauvage", Stéphane, 56 ans, fait dans le métro "attention à l'aspect de certains voyageurs". Un "délit de sale gueule étendu à une part de la population, aux Français issus de l'immigration, plutôt des jeunes, ceux qui ressemblent à ceux qui ont commis les attentats", confie-t-il, en souhaitant garder l'anonymat. Quand "certaines caractéristiques deviennent un indice", "on ne le fait pas sans se le reprocher un peu".

Avec la méfiance, la parole raciste est parfois libérée dans un pays où l'islam est la deuxième religion la plus importante. "Les gens ont relié l'islam au terrorisme", regrette Ahmed Alaya, peintre, 28 ans, assis sur un banc devant une mosquée de l'Est parisien. Il confie avoir eu "deux ou trois fois des problèmes de racisme".

Mais pour d'autres, passé le choc, la vie a repris le dessus.

"Il y a eu un coup de stress au départ, mais tout est redevenu normal. J'ai intégré le fait que le danger était inattendu", décrit Karim, 30 ans, prof d'histoire (le prénom a été changé).

"C'est davantage mes proches qui me faisaient prendre conscience que je vivais dans une ville risquée quand ils annulaient leur séjour", raconte Vivien Chazelle, un architecte de 31 ans.

Le climat reste toutefois lourd. Chaque bagage oublié devient un colis suspect. Une présence qui suffit à paralyser un hall de gare.

Zone bouclée, entrée en scène des démineurs, le scénario est bien rodé. Entre 2014 et 2016, le nombre d'interventions est passé de 1.300 à 2.600 par an.

Si des sites aussi emblématiques que le Louvre, le parvis de la cathédrale Notre-Dame ou l'avenue des Champs-Elysées ont été la cible d'attaques récentes, ces lieux restent cependant ultra-fréquentés.

Jeff et Lauren Stieritz, des Américains de 35 et 33 ans, sont revenus admirer l'Arc de triomphe, sept ans après leur premier séjour. Même si les attentats occupent "un coin de leur tête", et qu'il y a "plus de policiers dans les rues qu'avant" selon Jeff, Lauren se "sent en sécurité": "Ce n'est pas le Moyen-Orient!"

Paris reste l'une des premières destinations mondiales. De janvier à juin, les hôteliers d'Ile-de-France ont accueilli 16,4 millions de touristes. Un record depuis 10 ans.

Galerie photos
Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Petites Annonces
Immobilier
La Bresse, dans les Vosges...
La Bresse, dans les Vosges... La Bresse (88250) 0€ Découvrir
Plestin-les-Grèves, département 22 en Bretagne, à St-Efflam, loue meublés...
Plestin-les-Grèves, département 22 en Bretagne, à St-Efflam, loue meublés... Plestin-les-Grèves (22310) 0€ Découvrir
loue maison de pêcheur meublée...
loue maison de pêcheur meublée... Le Tréport (76470) 0€ Découvrir
Charmant et spacieux studio
Charmant et spacieux studio Vence (06140) 770€ Découvrir
Automobile
Peugeot Partner Totem Clim 1,6l HDI 16V 75 ch
Peugeot Partner Totem Clim 1,6l HDI 16V 75 ch Val-d'Arry (14210) 4 500€ Découvrir
Caravane GRUAU Tradition 40 CP
Caravane GRUAU Tradition 40 CP Rouen (76000) 2 500€ Découvrir
Renault Megane
Renault Megane Coutances (50200) 2 000€ Découvrir
Vends Mercedes Classe A
Vends Mercedes Classe A Argences (14370) 29 000€ Découvrir
Bonnes affaires
A SAISIR CONGELATEUR 311 L WIRLPOOL
A SAISIR CONGELATEUR 311 L WIRLPOOL Bruc-sur-Aff (35550) 200€ Découvrir
Perdu pendendif
Perdu pendendif Petit-Couronne (76650) 0€ Découvrir
Vends machine à coudre ancienne à pédale
Vends machine à coudre ancienne à pédale Bonsecours (76240) 50€ Découvrir
Colonne de salle de bain
Colonne de salle de bain Rouen (76000) 120€ Découvrir
L'application mobile de Tendance Ouest
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
Votre horoscope du mardi 18 juin
Les jeux de Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
Attentats: Paris n'a pas sombré, mais Paris a changé