En ce moment : Friendly Fire - LINKIN PARK Ecouter la radio

En ce moment
abonnement

New Delhi (AFP). Vente de Rafale à l'Inde: les coulisses d'une négociation

Jusqu'à la dernière minute, les Français ont retenu leur souffle, tant le contrat pour la vente de 36 chasseurs Rafale à l'Inde, signé vendredi, a donné lieu à rebondissements et suspense.

New Delhi (AFP). Vente de Rafale à l'Inde: les coulisses d'une négociation
L'avion de combat Rafale - AFP

"L'Inde, c'est une école de patience", résume le PDG du groupe aéronautique Dassault, Eric Trappier, qui a suivi la négociation de bout en bout depuis l'appel d'offres colossal lancé par l'Inde pour 126 appareils en 2007.

"Les Indiens sont franchement redoutables comme négociateurs", renchérit un diplomate français au fait de tous les dédales du dossier.

Fin 2014, les discussions patinent sur les garanties techniques réclamées par l'Inde pour les 118 appareils qui seront assemblés localement. "On a fini par dire: ça suffit", raconte une source gouvernementale française.

En avril 2015, l'espoir renaît quand l'Inde, pressée par les besoins criants de son armée de l'air, laisse entendre qu'elle est prête à acheter des Rafale "clé en mains" en France, plutôt que continuer à négocier en vain un contrat de 126 appareils.

Tout se joue lors d'une visite du Premier ministre indien Narendra Modi en France. Le 9 avril, la délégation indienne débarque à 23H00 à Paris et est aussitôt reçue à l'Elysée.

Les Indiens "nous parlent de 36 appareils et nous demandent de leur dire le lendemain comment on voit les choses", se souvient-on dans l'entourage du ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian.

Toute la nuit, les conseillers du ministre et l'industriel planchent sur une offre. Le lendemain matin, le président François Hollande est briefé juste avant son entretien avec Narendra Modi.

Mais durant toute la discussion, ce dernier ne pipe mot du Rafale. Suit un déjeuner, en présence de plusieurs ministres, au cours duquel Jean-Yves Le Drian tente en vain de mettre le sujet sur la table. "Remets le couvert", lui souffle le président Hollande dans un petit mot écrit.

Le Premier ministre indien reste impassible jusqu'à bout. A la conférence de presse finale, il finit par lâcher, au grand soulagement de ses hôtes : "J'ai demandé (...) de nous fournir 36 Rafale, clé en mains", annonce-t-il.

- 'D'accord sauf sur ça, ça, ça...' -

La négociation reprend ensuite ses droits. Jean-Yves Le Drian se rend plusieurs fois en Inde - huit fois au total entre 2013 et 2016. Dans son entourage, les réunions de suivi hebdomadaires se succèdent.

A l'automne, "on estimait qu'on avait un accord", se souvient un diplomate français. Mais les Indiens continuent à soumettre des demandes, à la surprise générale.

Lorsque le président François Hollande arrive en visite d'Etat à New Delhi en janvier 2016, l'accord intergouvernemental (AIG) encadrant la transaction est déjà bien avancé.

Mais au moment de signer un document constatant que la négociation est "stabilisée", coup de théâtre, "ils nous disent +on est d'accord sauf sur ça, ça, ça...+", raconte-t-on dans l'entourage de Jean-Yves Le Drian.

"On a dit +non+ et écrit un texte en quinze minutes, que les deux ministres (de la Défense) ont signé, disant qu'il y avait (les bases) d'un AIG", ajoute-t-on de même source.

A partir de là ne reste plus qu'à arrêter le prix. "Début avril, Le Drian écrit à son homologue que le prix négocié est objectivement bon".

L'accord est dans sa dernière ligne droite, Mais les longues procédures contractuelles indiennes retardent encore l'heureuse issue jusqu'en septembre.

"Ils ont l'exigence normale d'un partenaire qui veut avoir la garantie de ses engagements. Il n'y a rien à leur reprocher (..) mais quand c'est terminé, on est content", a constaté, tout sourire, Jean-Yves Le Drian, l'encre tout juste sèche sur le contrat à New Delhi.

Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Petites Annonces
Immobilier
loue maison de pêcheur meublée...
loue maison de pêcheur meublée... Le Tréport (76470) 0€ Découvrir
5 mn de Bayeux et 20 mn de Saint-Lô, à vendre bel ensemble
5 mn de Bayeux et 20 mn de Saint-Lô, à vendre bel ensemble Le Tronquay (14490) 450 000€ Découvrir
Saint-Jacut-de-la-Mer (22750) sur camping...
Saint-Jacut-de-la-Mer (22750) sur camping... Saint-Jacut-de-la-Mer (22750) 0€ Découvrir
Gouville-sur-Mer, côte ouest Manche (50)...
Gouville-sur-Mer, côte ouest Manche (50)... Gouville-sur-Mer (50560) 275€ Découvrir
Automobile
Caravane GRUAU Tradition 40 CP
Caravane GRUAU Tradition 40 CP Rouen (76000) 2 500€ Découvrir
Renault Megane
Renault Megane Coutances (50200) 2 000€ Découvrir
Vends Mercedes Classe A
Vends Mercedes Classe A Argences (14370) 29 000€ Découvrir
Tiguan
Tiguan Hérouville-Saint-Clair (14200) 9 900€ Découvrir
Bonnes affaires
Meuble de cuisine
Meuble de cuisine Luc-sur-Mer (14530) 1 000€ Découvrir
salle à manger en merisier complete
salle à manger en merisier complete Luc-sur-Mer (14530) 1 200€ Découvrir
Lit clos breton
Lit clos breton Pleumeur-Bodou (22560) 750€ Découvrir
Vide maison
Vide maison Cauvicourt (14190) 0€ Découvrir
L'application mobile de Tendance Ouest
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
Votre horoscope du dimanche 26 mai
Les jeux de Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
New Delhi (AFP). Vente de Rafale à l'Inde: les coulisses d'une négociation