En ce moment : WE ARE THE PEOPLE (FEAT U2) - MARTIN GARRIX Ecouter la radio

Tribunal de Rouen : un petit garçon sans sa maman

Le 13 mars dernier, le père a comparu devant le tribunal correctionnel de Rouen pour non représentation d’enfant entre juillet 2012 et février 2013. Le prévenu a trouvé mille excuses à son comportement.

Tribunal de Rouen : un petit garçon sans sa maman

Lui était originaire d'Elbeuf, elle du Sénégal. Ils s'étaient mariés en 2008 et elle était arrivée en France en 2010. Mais deux ans plus tard, le couple avait divorcé. Le juge trancha : la résidence principale de leur fils serait au domicile de la mère. Or dans les faits, la jeune femme déménagea pour aller vivre chez ses oncles en région parisienne tandis que l'ex-compagnon retourna vivre chez ses parents, avec leur fils. La mère ne voyait plus son garçon.

Le 13 mars dernier, le père a comparu devant le tribunal correctionnel de Rouen pour non représentation d'enfant entre juillet 2012 et février 2013. Le prévenu a trouvé mille excuses à son comportement. La mère, quoiqu'absente, s'est constituée partie civile. Retour sur une surprenante audience.

"Non, je n'ai pas remis l'enfant à sa mère, a expliqué le prévenu.
- Pourquoi ?
- J'ai des inquiétudes quant à sa prise en charge. Madame vit tantôt à Elbeuf, tantôt chez ses oncles au Blanc-Mesnil. J'y ai vu un F3 en surpopulation, avec des oncles qui boivent et fument. Elle est sans ressource, sans papier. Elle ne sait ni lire ni écrire.
- Mais vous avez un enfant en commun ! Une décision de justice a été rendue. Vous devez la respecter à moins de pouvoir montrer une situation imminente de danger".

Le père a alors invoqué une dette locative, accusant ensuite la mère de ne pas vouloir voir leur fils. "Pourquoi vous a-t-elle poursuivi si elle n'avait pas envie de le voir ?! s'est étonné la juge.
- Pour avoir les papiers ! Je suis là dans l'intérêt de mon fils. Il est dans un équilibre stable et serein".
La juge veut voir la mère

La magistrate a renvoyé l'affaire au 22 mai prochain, car elle a jugé indispensable la présence de la mère face à tant d'allégations. Toutefois, l'audience aura au moins permis à la victime de revoir son fils dès le 23 mars. Le prévenu s'y est engagé. Devant témoins !

 

Recevez l'actualité gratuitement
Réagir à cet article
Envoi en cours...
En direct
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Tribunal de Rouen : un petit garçon sans sa maman