En ce moment : La Recette - SLIMANE Ecouter la radio

[Photos] Normandie. La SNCF se prépare au défi de l'automne

Transport. Avant d'affronter l'automne, ses feuilles mortes et ses intempéries synonymes de retard, la SNCF a dévoilé son plan d'action destiné à limiter les impacts sur la circulation des trains.

[Photos] Normandie. La SNCF se prépare au défi de l'automne
La maintenance des trains normands a gagné en rapidité depuis qu'elle est opérée au technicentre de Sotteville-lès-Rouen.

Chaque année, c'est la même chose. À l'automne, les feuilles tombent. Et si cela va sans dire, le phénomène est toujours synonyme d'une véritable galère sur les réseaux ferrés, et ce dans tout le pays. Au passage des trains, les feuilles, tombées sur les voies, finissent par former une sorte de pâte sur le rail, réduisant l'adhérence : les trains patinent, les rouent se bloquent, s'abîment. Ajoutez à cela les problèmes de végétations qui tombent sur les voies à cause des tempêtes ou encore les collisions avec les animaux qui fuient les chasseurs, et les retards s'accumulent.

En prévision de cette période, la SNCF a tenu à présenter son plan d'action automnal pour tenter, dans la limite du possible, de limiter les impacts.

8 000 arbres coupés

Du côté du réseau ferré, le traitement de la végétation a été anticipé plusieurs mois en amont. Huit mille arbres ont notamment été abattus et l'élagage a été fait au maximum, notamment grâce à des pelles-araignées.

Les pelles-araignées permettent de grimper sur les talus pour traiter efficacement la végétation.

"Il est assez aisé de comprendre que si on abat des arbres, il y aura moins de feuilles sur les voies, et potentiellement moins d'impact", insiste Vincent Palix, directeur territorial de SNCF réseau pour la Normandie. Depuis 2020, neuf agents supplémentaires ont été recrutés pour maîtriser cette végétation. Selon la SNCF, ces opérations ont porté leurs fruits : -40 % de minutes perdues provoquées par des accidents liés à la végétation en 2021 par rapport à 2020.

Neuf agents de plus en charge de la végétation ont été recrutés depuis 2020.

Le test : des échappatoires à sangliers

Pour limiter les intrusions d'animaux, la SNCF détermine avec la préfecture et les fédérations de chasse les zones les plus à risque pour organiser des battues. Nouveauté 2022, des échappatoires à sangliers ont été créées lorsque les animaux se retrouvent prisonniers entre deux grillages, "pour leur permettre de trouver un chemin de sortie".

Des actions sont aussi mises en place pour nettoyer les rails avec un train-gratteur ou un train-laveur qui projette de l'eau à haute pression (1 000 bars) pour débarrasser les rails de la pellicule de feuilles qui peut s'y accumuler. Le train-laveur nettoie environ 660 km de rails chaque jour, avant le passage des trains réguliers, en ciblant en particulier les grands axes les plus fréquentés. Ces tournées de nettoyage représentent un budget annuel d'un million d'euros pour la SNCF.

Le train-laveur nettoie chaque jour 660 km de rail.

Un atout : le nouveau technicentre de Sotteville-lès-Rouen

L'autre levier d'action de la SNCF pour limiter l'impact de l'automne est la maintenance du matériel roulant. Grâce au nouveau technicentre de Sotteville, près de Rouen, cet entretien se fait en Normandie et permet de gagner du temps. "Avant, il fallait cinq jours pour qu'une rame qui avait subi des difficultés avec les feuilles mortes soit remise en circulation. On peut désormais le faire en une journée", précise Grégoire Forgeot d'Arc, directeur des lignes normandes pour la SNCF. Dans ce technicentre, il est possible de rapidement changer les essieux ou de reprofiler les roues qui, lors des freinages d'urgence et des patinages, peuvent progressivement devenir carrées. Ce tour en fosse est utilisé à plein temps en 3x8 pendant la période, y compris le week-end. Une partie des opérations de maintenance habituelle a aussi été décalée pour que les agents soient disponibles au maximum face aux aléas de l'automne.

La formation des conducteurs est aussi accrue pour adapter leur conduite à la saison. Sur les lignes les plus sensibles, comme Paris-Granville, la vitesse des trains sera même réduite de 160 à 120 km/h pour limiter les risques.

Des mesures de prévention et pour faire face à l'urgence donc, mais dont l'efficacité dépendra aussi de la rigueur ou non de l'automne qui s'annonce.

Galerie photos
Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
[Photos] Normandie. La SNCF se prépare au défi de l'automne